Saga Perpignan - Ecochard : « Chaque chose en son temps »

  • Le demi de mêlée perpignanais, Tom Ecochard, lors de la rencontre face à Biarritz, le 4 décembre 2019.
    Le demi de mêlée perpignanais, Tom Ecochard, lors de la rencontre face à Biarritz, le 4 décembre 2019. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le numéro neuf catalan, Tom Ecochard, affiche confiance et ambitions à l'aube de ce nouvel exercice. S'il assure vouloir remonter, le demi de mêlée de 27 ans reste prudent. 

Comment sentez-vous l’équipe à un mois du premier match officiel ?

J’ai un très bon sentiment. On voit que personne ne s’est éternisé sur la fin de saison dernière. J’ai l’impression que tout le monde l’a un peu digérée dans son coin pendant le confinement. Nous n’en avons même pas discuté, et nous avons basculé directment sur la nouvelle saison. On a complètement zappé la précédente et on a basculé sur des ondes positives.

L’Usap aurait dû connaître une demie à domicile, et aurait pu entrevoir une remontée en Top 14. Le risque était-il de laisser traîner de la frustration ?

La frustration était là, comme chez beaucoup d’autres clubs du haut du tableau de Top 14 et de Pro D2 je pense. Mais cela fait partie de notre métier. Aujourd’hui, nous avons basculé sur autre chose.

Comment jugez-vous l’effectif catalan version 2020-2021, avec pas mal de joueurs qui ont quitté le club, des jeunes qui montent et des recrues de renom ?

Ce groupe est de qualité. On a perdu des mecs, parce que l’effectif était aussi très étoffé pour du Pro D2, notamment à certains postes. Les recrues sont de qualité et s’acclimatent bien. Rugbystiquement, ce n’est pas mal ce que nous produisons aux entraînements. Après, rien ne vaut la vérité des matches officiels pour se jauger.

Le président François Rivière et Christian Lanta ont annoncé l’ambition de remonter en Top 14 à l’issue de la saison. Est-ce également l’objectif du groupe ?

Quand on est l’Usap, que l’on est en Pro D2 et que sur les deux dernières saisons à ce niveau, on finit premier et champion puis deuxième l’an passé, à un point du leader et invaincu à domicile, on ne peut que viser cet objectif. Après, moi je pense que les objectifs doivent être fixés à moyen terme. Bien sûr, nous avons envie de monter. Mais d’abord, l’Usap doit rester dans le bon wagon pour aller chercher une demi-finale à domicile, qui est selon moi la meilleure voie pour remonter en Top14. Chaque chose en son temps.

Craignez-vous certaines équipes ?

Bien sûr. Des équipes font peur car elles ont le même niveau et les mêmes ambitions que nous. Je pense à Grenoble et Oyonnax, je pense à Colomiers qui a fait une saison extraordinaire et à Biarritz, qui a bien recruté. Voilà quatre gros concurrents.

Comment se sont déroulés les premiers échanges avec Ben Volavola, avec qui vous allez évoluer à la charnière cette saison ?

C’est un super joueur. On l’a déjà vu sur les premiers entraînements. Il pige le rugby il est très à l’aise ballon en main, et on sent qu’il a envie de faire des choses bien. Physiquement, il est plus grand que les autres, il est capable de faire jouer autour de lui avec des passes après contact. Ben va beaucoup apporter. 

Emilien Vicens
Voir les commentaires
Réagir