Romagné, femme de rugby

  • Sandrine Romagné, qui termine son premier mandat, a choisi de s’engager aux côtés du président Bernard Laporte
    Sandrine Romagné, qui termine son premier mandat, a choisi de s’engager aux côtés du président Bernard Laporte Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

La présidente du comité départemental du Calvados, Sandrine Romagné, qui termine son premier mandat, a choisi de s’engager aux côtés du président Bernard Laporte et d’y faire entendre la voix du rugby féminin mais aussi des petits territoires comme sa Normandie.

Au téléphone, le ton est enthousiaste. "Pourquoi je m’engage auprès de Bernard Laporte ? Il a redonné la parole aux petits clubs. Et avec son équipe, ils nous écoutent, prennent en compte nos remarques. Ils ont eu une proximité avec les clubs amateurs que je ne pensais pas trouver à la FFR. Alors quand Bernard m’a appelé pour savoir si je voulais venir sur sa liste, même si j’étais très surprise, je n’ai pas hésité une seule seconde", glisse Sandrine Romagné maman de deux petits rugbymen normands (16 et 10 ans). Cela l’a certainement poussé à dépasser sa simple fonction de bénévole dans le club de ses enfants pour être élu en 2018 présidente du comité départemental du Calvados, en remplacement de Jacques Vimbert promu à la tête de la Ligue de Normandie. Nouvelle venue dans le monde fédéral, elle s’est faite rapidement remarquée par la qualité et la quantité de travail qu’elle est capable de produire.

C’est Christian Dullin, le secretaire général de la FFR, qui a soufflé le nom de cette néophyte dynamique. "J’aime mettre les mains dans le camboui" répond-elle. Présidente d’un petit comité térritorial, depuis deux ans, elle sait y faire entendre sa voix et le developper. Le tout de manière 100% bénévole. Cette épouse d’un commerçant de Falaise "qui vend le Midi Olympique chaque lundi et vendredi", est tombée dans le ballon ovale quand elle était petite et a toujours baignée dedans. Aujourd’hui encore, à 47 ans, elle pratique encore le rugby à cinq en mixte même si elle se veut une fervente défenseure du rugby féminin, - "nous sommes un sport qui n’est pas seulement masculin. Les filles sont de plus en plus en vues. Et l’équipe de France en est une superbe vitrine", mais trouve aussi encore du temps pour se faire élire maire de son petit village de Grainville Langammerie, situé à quelques grosses encablures de Caen. Fière de sa Normandie –"le rugby ça part du Havre" rappelle-t-elle – elle a cherché à accompagner au mieux les féminines de Caen, inscrites en championnat élite depuis de nombreuses années. "Mais il faut aussi développer les écoles de rugby, la politique de formation mise en place par la fédération doit nous aider sur ce chantier", poursuit-elle, et qui avoue qu’en cas de nouveau mandat de Bernard Laporte, elle aimerait travailler sur ce sujet, mais aussi sur le développement du rugby à 5, "qui permet de jouer au rugby très longtemps". Elle fourmille d’idées, avoue avoir une affection particulière pour le Racing, "mais mon fils ainé est féru du Stade toulousain", elle est surtout une authentique passionnée du ballon ovale qui pourrait en parler pendant des heures. Même pendant ses congés....Nouvelle sur la liste de Laporte, elle ne devrait pas tarder à faire parler d’elle en bien.

Voir les commentaires
Réagir