Saga Béziers - À maturité

  • Clément Bitz
    Clément Bitz
Publié le / Mis à jour le

Clément Bitz - Deuxième ligne ou troisième ligne centre. Arrivé de Narbonne et de la Fédérale 1, Clément Bitz a tout pour réussir en Pro D2. Lui qui n’a pas réussi à faire sa place, il y a quelques années à Colomiers.

L’officialisation de son arrivée en terres biterroises remonte au 20 février dernier. Depuis, beaucoup de choses ont bousculé le rugby français, et d’autres ont surtout chahuté l’ASBH. Au bout du tunnel, enfin, Clément Bitz a lui des fourmis dans les jambes : « Je n’ai qu’une hâte : mettre les crampons et entrer sur la pelouse de Raoul-Barrière. » Il faut dire que le deuxième ou troisième ligne a toujours été de nature impatiente. S’il a débuté le rugby tardivement, à l’âge de 17 ans, dans son village de Grenade-sur-Garonne, Clément Bitz a vécu une éclosion très rapide. À peine majeur, ce dernier découvre la Fédérale 3, et est recruté dans la foulée par Colomiers. Mais son ascension vertigineuse ralentit brusquement. Malgré son quasi double mètre, et un profil intéressant, le joueur haut-garonnais doit se contenter de cinq petites feuilles de match avec l’USC (0 titularisation, 78 minutes cumulées). Trop jeune ? Trop tendre ? Son aventure avec la Colombe prend fin au printemps 2018. « Je suis parti de Colomiers sur une mauvaise note. Ça ne s’était pas très bien passé lors du changement de staff », témoigne-t-il.

À NARBONNE, LA MÉTAMORPHOSE

C’est alors que Clément Bitz fait le choix de la Fédérale 1. À Narbonne, il va connaître une véritable métamorphose. À force de travail et d’abnégation, il s’inscrit pleinement dans la reconstruction de la formation audoise, tout juste reléguée. « J’avais un état d’esprit revanchard. Je n’ai pas baissé la tête, j’ai gardé les pieds sur terre et j’ai beaucoup travaillé à Narbonne. Ça m’a fait grandir. Pendant deux ans, je me suis senti concerné par les différents projets de jeu, ça m’a donné de la confiance. J’avais signé à Narbonne avec un objectif en tête : acquérir le niveau Pro D2 à la fin de mes deux années de contrat. J’ai réussi à l’atteindre », confie le deuxième ligne. Entre 2018 et 2020, Clément Bitz devient un élément clé du RCN, et l’un des meilleurs avants du troisième échelon national. 39 matches, 34 titularisations, 12 essais... ses performances sous le maillot orange et noir attirent l’œil de plusieurs clubs de Pro D2. Après réflexion, Bitz dit finalement « oui » au voisin biterrois. À bientôt 26 ans, le voilà à l’aube d’une nouvelle carrière. D’une deuxième carrière ? « Clairement. J’ai réussi à prendre le virage, maintenant, il faut rester sur les bons rails », conclut Clément Bitz. Malgré les départs de Joe Tuineau, Benjamin Desroche, Tyrone Viiga ou encore Kelly Meafua cet été, Béziers a visé juste dans son recrutement. Aux côtés du capitaine Jonathan Best, Clément Bitz n’a plus qu’à laisser parler son talent. E. V.

Emilien Vicens
Voir les commentaires
Réagir