Blagnac : la confiance de la jeunesse

  • Deuxièmes derrière Albi l’an dernier, les Blagnacais voudront bien figurer en Nationale. Photo DR
    Deuxièmes derrière Albi l’an dernier, les Blagnacais voudront bien figurer en Nationale. Photo DR
Publié le / Mis à jour le

Blagnac misera une nouvelle fois sur la jeunesse pour pérenniser le club de la banlieue toulousaine en nationale.

En Fédérale 1, Blagnac était deuxième de la poule 3 juste derrière Albi, avant l’arrêt du championnat. Son style de jeu et sa confiance envers les jeunes lui ont permis de gravir les échelons. Avec l’arrivée de la Nationale, le club va continuer son "travail amateur" comme le défend le manager Christophe Deylaud. "On veut rester ce que l’on a toujours voulu être, c’est-à-dire un club amateur qui forme des jeunes", tranche-t-il. Une forme de continuité, qui rappelle cette identité blagnacaise, "la pérennisation de Blagnac est indispensable pour nous, la formation, c’est la clef, le projet, c’est de montrer, sans prétention, que l’on peut rivaliser avec des équipes du haut du panier avec un effectif de jeunes joueurs". La jeunesse est la forme d’insouciance qu’elle transpire est un choix assumé. Avec son franc parlé, le manager l’explique : "J’ai tendance à dire qu’il n’y a pas de jeune et de vieux, s’il est jeune et pas bon, il ne jouera pas, s’il est vieux et qu’il a encore les crocs, il jouera." Du Deylaud dans le texte. Cependant, le club compte plusieurs joueurs en devenir qui pourront créer la différence : "Je ne vais pas les citer, mais on a quatre joueurs qui ont des qualités supérieures à la moyenne." Avec l’arrivée de cette nouvelle compétition, Blagnac a tout de même fait un recrutement un peu plus "dense" que les saisons passées. "C’était indispensable, cette poule sera plus coriace que la précédente."

"On mérite d’être dans cette compétition"

Quand Bernard Laporte a annoncé l’arrivée de la Nationale, Christophe Deylaud n’a pas caché son plaisir d’être de la partie. "On s’engage totalement dans cette poule, on le mérite, car cela fait trois ans que l’on se retrouve dans les meilleurs clubs de Fédérale 1 ; l’an dernier, on avait joué les demi-finales, cette année, on était dans la course pour les quarts. Donc je crois qu’on mérite totalement d’être en Nationale." Quand l’information est tombée, les Blagnacais ne s’attendaient pas à se retrouver dans une poule "élite". Christophe Deylaud prévient : "Nous n’y pensions pas, car nous n’avons pas les moyens financiers ; attention, je ne fais pas Calimero, c’est seulement une explication." La structure du club est en cours de construction. Pour la reprise des entraînements le manager et son staff ont misé sur une montée en puissance en douceur. "Après le confinement, nous avons décidé d’instaurer un entraînement sur la base du volontariat." Aujourd’hui, les joueurs font trois entraînements par semaine, sans trop les pousser non plus. La stratégie Deylaud mise sur la récupération : "Je pense que cela va être indispensable au vu de l’intensité des rencontres qui nous attendent."

Léo Couffin
Voir les commentaires
Réagir