Un rebond plus vert pour BerugBe

  • Ballon BerugbyBe
    Ballon BerugbyBe BerugbyBe
Publié le

C’est un virage que la société BerugBe a entrepris depuis cinq ans, en ayant une politique RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) dynamique. Tout a été repensé et depuis 2016, le patron Philippe Leveau est fier de proposer le seul ballon de rugby au monde ayant reçu la certification Fairtrade, ce qui veut dire que la fabrication des ballons respecte la charte du commerce équitable, que ce soit le traitement du caoutchouc ou les encres utilisées qui sont garanties non polluantes, tout en assurant une meilleure rétribution des producteurs et des travailleurs. "Nous voulions aller encore plus loin dans notre démarche, se réjouit le patron de BerugBe Philippe Leveau, nous butions jusqu’à présent sur le suremballage plastique qui entoure les ballons. C’était un emballage à usage unique donc loin d’être écologique. Nous en avions plein l’entrepôt et les clubs s’embêtaient à les mettre à la poubelle." Depuis cette intersaison, le problème est résolu. BerugBe livre maintenant ses ballons en poche non tissée et donc élimine tout le plastique de suremballage : "C’est une poche qui peut aussi être réutilisée et que les clubs peuvent garder pour protéger les ballons de matchs ou pour d’autres utilisations. C’est un petit geste qui compte. C’est une progression dans notre politique RSE et cela correspond à notre stratégie depuis notre reprise de la société qui était basée sur l’éthique, l’innovation et la compétitivité. Je crois que nous respectons ces engagements."

Installé en pro D2, à VII et à XIII

C’est ainsi que la marque française qui doit batailler dans un univers très anglo-saxon se démarque. Berugbe est devenu le ballon officiel du Supersevens, est partenaire de FFR XIII et fournit aussi six clubs de Pro D2 (Béziers, Montauban, Aurillac, Mont-de-Marsan, Carcassonne et Valence-Romans). "Tous nos engagements sont aussi contributifs à la politique RSE des clubs, poursuit Philippe Leveau, avec nos ballons, nous leur fournissons un certificat de commerce équitable qui leur permet d’entrer dans leur politique RSE." L’ancien président de Limoges, qui avait permis au club d’accéder au Pro D2, veut maintenant convaincre l’ensemble du rugby français du bien-fondé de soutenir une société française, surtout dans cette période où il faut se serrer les coudes, tout en garantissant la qualité de ses produits éthiques : "Pendant longtemps, j’ai entendu que notre ballon ne plaisait pas aux buteurs. Je crois que c’est dans la tête des gens et que cet argument n’est pas valable puisque, en regardant le classement des buteurs de Pro D2, on peut voir que Jérôme Bosviel de Montauban et Gilles Bosch de Carcassonne sont dans le top 5 de la saison dernière." Un fait implacable.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?