Les nouveaux visages du CO

  • Le demi de mêlée castrais Santiago Arata a souvent joué sous pression, bien plaqué ici par le nouvel ouvreur du SUA, Mathieu Lamoulie.
    Le demi de mêlée castrais Santiago Arata a souvent joué sous pression, bien plaqué ici par le nouvel ouvreur du SUA, Mathieu Lamoulie. La Dépêche du Midi - Morad Cherchari
Publié le

Le CO s’est imposé à Agen en match de préparation (7-5). Un premier test réussi notamment pour certaines recrues. Même si tout n’a pas été parfait…

Les quelques supporters castrais ayant fait le déplacement dans le Lot-et-Garonne ont rapidement pu découvrir les nouveaux visages de leur équipe. Les recrues n’étaient pas moins de six alignées au coup d’envoi (pêle-mêle : le talonneur Gaëtan Barlot, les deuxième ligne Tyler Ardron et Ryno Pieterse, le troisième ligne Kevin Kornath, le demi de mêlée Santiago Arata, et le centre Vilimoni Botitu), et un espoir (né en 2000 !) Adrien Amans à une aile. Dans nos colonnes cette semaine, Mauricio Reggiardo avait déjà évoqué le cas des nouveaux joueurs. "Pour le staff, ce ne sera pas une découverte, ça le sera surtout pour les supporters. Depuis un mois et demi, nous savons que ce sont des joueurs qui correspondent à notre identité, qu’ils vont amener une plus-value." Alors verdict après match : "Il y a eu un mélange entre nouveaux, cadres, jeunes. L’objectif était de faire une revue d’effectif et les évaluer." Si Mauricio Reggiardo n’a pas détaillé une à une les performances de ses nouveaux joueurs, on a pu voir quand même un Gaëtan Barlot très mobile, explosif ballon en main créant quelques brèches dans la défense agenaise, mais parfois maladroit au lancer. Le demi de mêlée uruguayen Santiago Arata a dû composer durant les vingt premières minutes derrière un paquet d’avants en souffrance, avant de retrouver de l’avancée avec l’entrée de Wilfrid Hounkpatin. On retiendra également que c’est une recrue qui a inscrit le premier essai du CO cette saison : le pilier allemand Julius Nostadt, à la conclusion d’un ballon porté bien négocié.

Une indiscipline à gommer

Si tout n’a pas été parfait le manager argentin du CO s’est dit "satisfait de l’engagement, de l’état d’esprit, de l’envie de gagner" de ses joueurs. "On a été vingt minutes à 14 (cartons jaunes de Vaipulu et Guillemin, N.D.L.R.). Et on ne s’en est même pas rendu compte car chacun a beaucoup donné individuellement pour compenser ça." Il faudra tout de même régler ces problèmes d’indiscipline avant le début du championnat dans trois semaines… "Je retiens qu’il faut travailler l’indiscipline. En première mi-temps, nous prenons onze pénalités. Mais en Super Rugby sur les deux premières journées, il y avait aussi beaucoup de pénalités de sifflées. C’est normal, nous sommes en pleine réadaptation sur les nouvelles prérogatives de l’arbitrage." Un constat partagé par le capitaine Mathieu Babillot. "C’est difficile de gagner un match de Top 14 avec autant de pénalités concédées. Donc c’est un axe à corriger bien évidemment. C’était déjà un mal récurrent la saison dernière."

L’autre point noir de la soirée côté Castrais, c’est la gestion de ce "money-time". "Nous perdons la dernière touche et la dernière mêlée dans les trois dernières minutes, pestait Reggiardo. Ça donne la possibilité à Agen d’aller chercher cette pénalité qui aurait pu les faire gagner (manquée par Raphaël Lagarde après la sirène, N.D.L.R.). On n’a pas su conserver le ballon sur notre conquête. Dans ces moments-là, une très bonne équipe gagne ces ballons…"

Voilà les axes de travail pour les prochaines semaines avant de revenir à Armandie dans trois semaines pour l’ouverture du Top 14, avec cette fois la pression du résultat…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?