Saga Valence-Romans - Un groupe à la relance !

  • Nicolas Faure s'est imposé comme le titulaire indiscutable au poste de demi de mêlée en fin de saison dernière
    Nicolas Faure s'est imposé comme le titulaire indiscutable au poste de demi de mêlée en fin de saison dernière Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Un point complet sur l'effectif de Valence-Romans pour la saison à venir. 

Arrières > Alors qu’il avait démarré la saison en boulet de canon et était rapidement devenu l’un des joueurs de confiance du staff drômois, Quentin Gobet avait vu son ascension être stoppée en plein vol par une blessure au genou. L’ancien joueur du Lou aura donc certainement à cœur de prouver qu’il n’a rien perdu de son sens du jeu. Dans un autre profil, Segundo Tuculet tentera d’imposer sa vitesse, sa vista et son pied droit pour bousculer Gobet.

Ailiers > Arrivé à l’intersaison, Dug Codjo semble être l’un des joueurs capables de faire franchir un palier au VRDR. Solide en défense et imprévisible en attaque, l’ancien joueur d’Oyonnax devra apporter son expérience à une ligne d’attaque qui en a parfois manqué la saison passée. Christopher Lacour et Youri Mege tenteront d’apporter leurs appuis, alors qu’Edward Sawailau sera attendu au tournant, lui qui n’a jamais réussi à retrouver le niveau qui lui avait permis de s’imposer comme l’un des joueurs clés du FCG entre 2016 et 2018. Enfin, le jeune Nadir Bouedhjeur pourrait bien être l’une des surprises de la saison valentino-romanaise.

Centres > Recrue phare de l’intersaison drômoise, l’international argentin Lucas Mensa aura la lourde responsabilité d’apporter son gaz en attaque et de réguler la ligne de défense au poste de numéro 12, où il sera en concurrence avec Callum Wilson et Akuila Tabualevu. Trois recrues pour un poste, la promesse d’une concurrence positive ? Réponse dès les premières journées de championnat. Au poste de deuxième centre, Jonathan Quinnez tentera de continuer sur sa lancée mais devra composer avec Jérémy Scalese qui, habitué au poste d’ailier où il faisait figure d’indiscutable, devrait être davantage utilisé au centre de l’attaque du VRDR.

Ouvreurs > S’il est un joueur qui s’est imposé comme indispensable la saison passée, c’est évidemment Maxime Javaux. Septième meilleur réalisateur du Pro D2 en 2019-2020, l’ancien joueur du Racing 92 devrait une saison encore avoir la confiance d’un staff qui compte tout particulièrement sur lui pour trier les ballons d’attaque et ceux qui nécessitent un jeu au pied. L’enfant du pays, Lucas Chouvet, tentera lui de bousculer la hiérarchie après une saison où il n’a su suivre le rythme de son concurrent direct. Enfin, les deux ouvreurs devront composer avec Mathieu Lorée qui, s’il a uniquement démarré en numéro 9 la saison passée, devrait être utilisé à l’ouverture pour cette deuxième saison du VRDR en Pro D2.

Demis de mêlée > Bousculé et remis en question en début de saison, Nicolas Faure a su travailler dans l’ombre pour finalement s’imposer comme le titulaire indiscutable du poste de demi de mêlée en fin de saison passée. L’ancien Berjallien a donc prouvé qu’il avait su se remettre en question et devrait continuer d’avoir la confiance du staff drômois. Historique des Damiers, Nicolas Faltrept tentera de continuer à apporter son sens du jeu et sa vista. Mais nouvelle donne, les deux demis de mêlée devront cette saison composer avec Enzo Sanga. L’ancien Clermontois puis Montpelliérain souhaitera sans nul doute se relancer, lui qui arrive avec une étiquette de joueur habitué des joutes du Top 14.

Numéros 8 > S’il est un poste où la concurrence va faire rage au VRDR, c’est évidemment le centre de la troisième ligne : entre la très attendue recrue Pieter-Jan Van Lill, le surpuissant Romain Souquet et Peter Saili, rapidement devenu indispensable mais qui s’est blessé au mois de décembre, le staff valentino-romanais compte dans ses rangs trois joueurs capables de faire des différences et qui auront à cœur de s’imposer. Notons que le jeune Willy Ndiaye pourrait également bousculer la hiérarchie.

Troisième ligne aile > Sur les ailes de la troisième ligne, Sean Dougall est rapidement devenu vice-capitaine la saison passée et tentera de continuer à apporter son expérience, tout comme Vincent Barrière, joueur important de l’effectif drômois, ou Alexis Armary. La bonne surprise pourrait venir de Benjamin Collet. Après une saison où il n’a que trop peu joué, l’ancien Bayonnais voudra se relancer sous les couleurs du VRDR. Enfin, Yannis Barahoui continuera de s’aguerrir et aura à cœur de grappiller du temps de jeu.

Deuxième ligne > Inamovible la saison passée, Théo Hannoyer semble avoir une longueur d’avance à droite de la mêlée. De son côté, s’il revient d’une saison calvaire où il s’est gravement blessé au genou, Florian Goumat pourrait rapidement devenir plus qu’un remplaçant de luxe : solide en mêlée et pas malhabile dans le jeu courant, celui qui démarre sa huitième saison dans la Drôme aura son mot à dire, d’autant qu’il peut évoluer à droite comme à gauche de la mêlée. Concernant François Uys, le géant sud-africain a eu la pleine confiance du staff et donné satisfaction avec son numéro 4 dans le dos. Il devrait ainsi poursuivre sur sa lancée. Enfin Flavien Vuagnat apportera son double mètre et sa précieuse puissance.

Piliers > Si la mêlée a parfois été contrariée la saison passée, Mirian Burduli a lui été constant et s’est imposé comme l’un des joueurs de confiance du staff. De son côté Kevin Goze aura à cœur de montrer qu’il peut être bien plus qu’un remplaçant de luxe, quand Cyril Balust continuera d’acquérir de l’expérience, en tentant de gagner un maximum de temps de jeu. Enfin à droite, la recrue Giorgi Kakauridze -reconnu comme un joueur inamovible en mêlée fermée- tentera de bousculer la hiérarchie. À gauche, très complémentaires, Julien Royer et Ionel Badiu se sont quasi parfaitement partagés le temps de jeu la saison passée et ont globalement répondu présents. En ce sens, le staff a fait le choix de ne pas se renforcer au poste de pilier gauche, mais davantage de faire confiance à ses deux indéboulonnables tout en faisant monter le jeune Sami Zouhair. Solide en conquête et particulièrement mobile, le joueur de 21 ans tentera de continuer son apprentissage du haut niveau, lui qui s’impose comme l’un des espoirs du club drômois.

Talonneurs > Joueur très largement estampillé Top 14, Jody Jenneker a accepté de rejoindre son ancien manager, Johann Authier, pour permettre à Valence-Romans de franchir un palier. Que ce soit par sa précision en touche, son dynamisme ballon en mains ou sa solidité en mêlée, le Sud-Africain de 36 ans -qui jouait encore régulièrement avec Castres la saison passée- apportera son expérience, aux côtés du très régulier Romain Colliat ou du prometteur Brice Humbert.

Pierrick ILIC-RUFFINATTI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?