Paris : vague de contamination chez les joueurs de première ligne

  • La mêlée du Stade français face à Clermont le 25 janvier dernier
    La mêlée du Stade français face à Clermont le 25 janvier dernier Icon Sport
Publié le , mis à jour

Des joueurs parisiens, principalement en première ligne, testés positifs à la Covid-19 présentent des lésions pulmonaires, qui suscitent pas mal d’interrogations.

À mesure que les semaines passent, le ciel s’assombrit au dessus du Stade français. Jusque-là, quand bien même une vingtaine de joueurs et membres du staff avaient été déclarés positifs à la Covid-19, tous étaient asymptomatiques. Un moindre mal. Sauf que, mercredi, le club de la capitale a fait savoir, à travers un communiqué, que « à la lumière des examens médicaux obligatoires pour tous les joueurs ayant été diagnostiqués positifs au test RT-PCR de la covid-19, il apparaît que certains d’entre eux sont porteurs de lésions pulmonaires dues au virus. Ces lésions nécessitent une période de repos complet estimée pour l’instant à une semaine minimum, qui viendra s’ajouter à la quatorzaine déjà observée ». Toutefois, aucun d’entre eux ne présente, à ce jour, de symptomes graves dus à ces lésions. Un nouveau coup dur pour les Parisiens qui voient encore leur préparation amputée.

Rappel des faits : une dizaine de membres du Stade français ont été diagnostiqués positifs à la covid-19 à la suite d’un test réalisé lors de leur stage à Nice, tout juste avant de rentrer à Paris le 5 août. Un premier signal négatif qui en appelle un autre quelques jours plus tard. Le lundi 10 août, alors que plusieurs sources confirmaient bien la présence de 17 cas positifs sur le test effectué à Nice, c’est finalement une vingtaine de cas qui sont confirmés positifs, 27 exactement selon nos confrères de L’Equipe. Le club décide alors de stopper les entraînements au moins jusqu’au 17 août inclus. Et espère pouvoir, à cet instant, reprendre progressivement l’entraînement avec les joueurs ayant été déclarés positifs, dès le 15 août, après avoir respecté la quatorzaine.

Maintien en forme autorisé mais sous condition

Que s’est-il donc passé entre le 10 août et aujourd’hui ? Le Stade français assure avoir pris toutes les précautions nécessaires et avoir respecté le protocole mis en place par la LNR. Seulement, selon nos informations, devant le nombre conséquent de cas positifs, un dispositif spécial a été mis en place en concertation avec la Ligue. D’abord, la LNR a décidé d’assouplir les règles de son protocole sanitaire, en abaissant la durée de la quatorzaine à neuf jours en cas de joueurs positifs à la Covid-19. Il s’agissait d’une demande des managers des clubs du Top 14 et du Pro D2. Ensuite, le Docteur Dusfour, président de la commission médicale de la Ligue, a autorisé les responsables stadistes à encadrer des rassemblements de joueurs positifs à la Covid-19 mais asymptomatiques afin que ces derniers puissent maintenir un minimum d’activité modérée dans un cadre très détaillé. Evidemment, il n’a jamais été question d’entraînement mais de capacité d’effort à 80 % de la fréquence cardiaque maximale, sur la base du volontariat. Certains joueurs auraient développé en suivant des symptomes de la Covid-19 mais aucun n’aurait participé à ces exercices de maintien en forme. Selon plusieurs sources, les joueurs étant affectés par des lésions pulmonaires sont principalement des joueurs de première ligne. La raison ? On assure, dans les couloirs de Jean-Bouin, que la mêlée a été un axe important du travail lors du stage à Nice. Et que cet exercice est un vecteur de contamination très fort. à juste titre. La Super League britannique de rugby à XIII a d’ailleurs décidé de supprimer les mêlées jusqu’à nouvel ordre. Autre hypothèse de comtamination, le fait que ces joueurs soient d’un fort gabarit et donc plus sensibles à la Covid-19. Pour l’heure, le Stade français se veut résolument optimiste. Aucun joueur n’a été hospitalisé et tous sont sous la surveillance du Docteur Elliott Rubio.

Des précautions oui mais...

Du côté de la Ligue, on reste en éveil devant la situation parisienne. Stade-français - UBB est le match d’ouverture du Top 14, le 4 septembre prochain. Seulement voilà, les joueurs de Gonzalo Quesada n’ont pas pu s’entraîner normalement depuis le 5 août, ont vu leurs deux matchs amicaux être annulés (Brive et Toulon) et surtout n’ont plus joué en compétition officielle depuis le 16 mars dernier. La question d’un report de cette rencontre se posera donc forcément. Toutefois, la Ligue assure avoir averti le Stade français sur les risques de la tenue d’un stage à Nice. Dans un échange de mails en date du 21 juillet entre le Docteur Elliott Rubio, médecin du Stade français, et le Docteur Dusfour, président de la commission médical de la LNR (Lire-cidessous). Le club parisien assure de son côté avoir annulé l’opposition avec le club de Nice et avoir privatisé un étage complet de l’hôtel où il logeait et confirmé la tenue du stage car 100% des joueurs étaient négatifs, la veille du départ en stage. Las, les précautions se sont révélées insuffisantes. Et démontre qu’aucun club n’est à l’abri d’un tel foyer de contamination. Une situation qui inquiéte à quinze jours de la reprise des compétitions.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Arnaud BEURDELEY avec Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?