RC Aubenas-Vals : continuité en terre inconnue

  • Maxime Cèbe (au centre) et les Albenassiens veulent bien figurer en Nationale. Photo DR
    Maxime Cèbe (au centre) et les Albenassiens veulent bien figurer en Nationale. Photo DR
Publié le / Mis à jour le

Habitués à la Fédérale 1, les Albenassiens comptent bien employer les mêmes ingrédients que les saisons passées pour faire bonne figure.

Et dire que le RCAV aurait très bien pu ne pas faire partie de cette nouvelle division. À l’heure où la FFR hésitait encore sur le nombre de clubs engagés en Nationale, le club ardéchois faisait partie des équipes susceptibles de se retrouver sur le carreau. Un sort qui lui a été évité, pour le plus grand bonheur de son entraîneur Mariano Taverna. « Sur les résultats sportifs, les joueurs avaient gagné leur place en Nationale », soutient l’ancien deuxième ligne. Quatrième de la « poule de la mort » au moment de l’arrêt de la compétition, Aubenas-Vals était un candidat légitime à ce nouveau championnat. De là à parler d’injustice en cas de non-sélection ? « On aurait plus raté une très bonne opportunité que subi une injustice, tempère le technicien argentin. C’est vrai que cette Nationale s’est décidée un peu vite mais on ne peut que saluer le travail de la Fédération et de la Ligue pour qu’elle puisse se créer et, je l’espère, perdurer. »

Objectif maintien

Ça y est, le RCAV est maintenant bien engagé dans l’antichambre du professionnalisme. Dans une poule unique autrement plus homogène ce qu’elle a eu l’habitude de connaître ces dernières saisons, l’équipe ardéchoise ne fait pas partie des favoris, et Mariano Taverna en a bien conscience : « On veut se maintenir le plus vite possible. Et pour cela, il faudra rivaliser avec les plus grosses équipes en restant fidèle à notre identité. » Une identité qui fait ses preuves depuis deux saisons et le passage du deuxième ligne argentin à la tête du staff : une défense très agressive avec des montées rapides, afin d’étouffer l’adversaire et miser sur les ballons de récupérations. « Notre philosophie comporte aussi un jeu offensif « total » qui fait participer toute l’équipe. Pour exister en Nationale, il faudra rester fidèle à ces principes, et surtout jouer sans complexes. »

Et quoi de mieux pour jouer sans complexe que de miser, comme beaucoup de clubs du championnat, sur une dizaine de jeunes espoirs en manque de temps de jeu en Top 14 ou en Pro D2 ? « C’est un recrutement similaire à ce qu’on fait depuis deux ans, rappelle Mariano Taverna. Ces jeunes sont en recherche de temps de jeu pour progresser, ils sont motivés et talentueux. Pourquoi aller chercher des professionnels ? » Après une double confrontation de préparation face au CS Vienne, le RCAV découvrira donc un nouveau championnat, le plus haut niveau atteint par le club depuis sa descente de Pro D2 en 2003. Avec du sang neuf et en restant fidèles à leurs principes, les Jaune et Bleu espèrent rivaliser et, pourquoi pas, bousculer la hiérarchie au plus haut niveau amateur.

Baptiste PERY
Voir les commentaires
Réagir