Pau : petite victoire, grosse défense

  • Le demi de mêlée Samuel Marques, auteur des sept points palois, est à créditer d’une bonne demi-heure. Photo PO
    Le demi de mêlée Samuel Marques, auteur des sept points palois, est à créditer d’une bonne demi-heure. Photo PO
Publié le

Globalement dominés et sevrés de ballons, les Béarnais se sont reposés sur un système défensif bien en place pour contrer les assauts biarrots et remporter ce match.

Les conditions météorologiques et la pluie n’excusent pas tout. Inspirée et enthousiasmante pour ses débuts il y a dix jours à Lourdes contre l’Aviron bayonnais, la Section a eu toutes les peines du monde à faire tomber le BO vendredi soir. Sans ballon et sans avoir jamais réussi à mettre leur jeu en place, les coéquipiers de Samuel Marques l’ont emporté de deux petits points et, si la réussite au pied avait été biarrote, ils se seraient sans doute inclinés. "Il faut aussi savoir se satisfaire des matchs âprement gagnés dans la difficulté, nuançait Quentin Lespiaucq en conférence de presse. Il y a encore à travailler, mais je pense que nous devons positiver. C’est une seconde marche de gravie."

À défaut de briller en attaque, où le jeu proposé fut, pour le moins, minimaliste, les Palois ont affiché une sérieuse solidarité défensive. Souvent acculés dans leur camp, parfois même à dix mètres de leur en-but, les Béarnais n’ont encaissé qu’un seul essai, sur un cafouillage après un renvoi. À quatorze contre quinze pendant vingt minutes en seconde période, ils ont su se montrer vaillants et bien organisés pour ne pas céder le gain de la rencontre dans le money time. "Les garçons ont tenu le score, félicitait Frédéric Manca au coup de sifflet final. Leur état d’esprit pour gérer la fin de match est intéressant. Notre défense sur les ballons portés, où les Biarrots ont beaucoup essayé sans réussite, est positive." L’analyse du demi de mêlée Samuel Marques, auteur d’une bonne demi-heure, allait dans le même sens : "C’est une petite victoire, mais ça reste une victoire. L’essentiel est là. Nous avons défendu pas mal de temps et nous n’avons pas craqué, c’est bien. Après, nous avons fait tomber beaucoup de ballons, nous avons commis énormément de fautes et il y a des nouvelles règles qu’il va falloir que l’on travaille."

Gare aux rucks

Pénalisés plusieurs fois dans la zone de ruck, embêtés par les poisons que furent Steffon Armitage et Johnny Dyer dans le jeu au sol, les Vert et Blanc ont continué d’apprendre, à leurs dépens, les nouvelles mesures applicables dans la guerre des rucks. "La semaine dernière, l’arbitrage dans ce secteur ressemblait à ce que nous avions l’an passé. Là, on a vu l’application stricte de ces directives. Ce qui est intéressant, c’est de voir le focus qu’ont les arbitres là-dessus. Ça va être un point important de leur arbitrage. On s’en doutait, c’était le cas dans le Super Rugby. Nous avons beaucoup à apprendre de ces zones de collision" notait Frédéric Manca après la rencontre. "On a pu constater, ce soir, que si on n’est pas premier au soutien, ce sera très compliqué pour conserver le ballon. Ça va batailler partout" complétait Quentin Lespiaucq.

Encore des cartons

Déjà sanctionnée par un rouge et un jaune la semaine dernière contre Bayonne, la Section a reçu deux nouvelles biscottes vendredi soir à Aguilera. Elles n’étaient que jaunes, mais révèlent certaines difficultés dans la maîtrise, lorsque les Palois sont dominés dans le jeu. "Il faut gommer cette indiscipline de suite ! C’est le point noir de ces deux matchs amicaux regrettait Manca. Face à Bayonne, c’était plutôt un geste de nervosité, mais là non. Pour les éviter, il faut être en mesure de dominer l’adversaire." Si la prestation des Palois fut loin d’être aboutie, elle a néanmoins le mérite d’offrir de belles perspectives de travail. La semaine devrait donc être studieuse du côté du Hameau, alors que se profile la dernière répétition générale avant le début du championnat, jeudi soir, avec la réception de Castres.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?