Stade français : vers un report probable du match face à l'UBB

  • Au Stade francais, la situation s’améliore à la marge. Photo Icon Sport
    Au Stade francais, la situation s’améliore à la marge. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Même si les joueurs les plus durement touchés sont en voie de guérison, il apparaît peu probable que Paris soit en mesure de jouer vendredi prochain face à l’UBB. La balle est dans le camp de la LNR.

Gonzalo Quesda a fait ses comptes. En cette fin de semaine, il aura à sa disposition sur le terrain, "totalement disponibles pour s’entraîner normalement", vingt-trois joueurs. Un mini-succès pour le manager du Stade français, eu égard à la situation. Rappel des faits : la dernière séance de travail au grand complet remonte désormais au 5 août, soit la dernière journée du stage de Nice.

Depuis, le club de la capitale a connu une lente descente aux enfers. D’abord, une dizaine de cas positifs à la covid-19. Ensuite, le chiffre de la vingtaine s’est invité, contraignant l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France à mettre le club à l’arrêt. Et pour finir, des joueurs, jusque-là asymptomatiques, qui déclarent des lésions pulmonaires. "J’ai déjà vécu dans l’adversité, témoigne le manager argentin, mais jamais je n’avais vécu une telle galère. Franchement, nous n’avons raconté que la version "light" pour ne pas tomber dans la sinistrose, ni dans la psychose." Et de conter son quotidien durant près de trois semaines : "D’abord, nous sommes rentrés de Nice en faisant douze heures de bus, pour ne pas prendre l’avion avec d’autres passagers. Ensuite, on a géré les différents groupes de joueurs selon qu’ils étaient positifs ou négatifs, tout en mettant en place des plannings sur des sites différents."

Du Bricolage

Ceux passés entre les mailles du coronavirus, peu nombreux, ont eu droit de poursuivre la préparation à Jean-Bouin. Les positifs asymptomatiques, après une quatorzaine respectée, se sont retrouvés au stade du Saut-du-Loup, aménagé en camp retranché. "Nous avons fait livrer un peu de matos de muscu, explique Quesada. Nous avons transformé la salle vidéo en salle d’entraînement comme on a pu." Du bricolage, faute de pouvoir faire plus. Et puis, l’inquiétude s’est faite plus forte dès lors que certains joueurs, presque une dizaine, ont commencé à déclarer des symptômes. Ceux-là ont été totalement isolés et ne sont pas revenus sur le terrain en raison de "lésions pulmonaires", assure le club de la capitale. Mercredi dernier, les premiers résultats de ces joueurs sont tombés : "Il y a une amélioration mais pas de guérison, regrettait le directeur général, Thomas Lombard. Ils doivent encore passer les tests d’efforts (effectués hier jeudi, N.D.L.R.). Mais je ne sais pas s’ils pourront s’entraîner normalement lundi."

Top 14 : Vers un premier report ?

Force est donc de s’interroger : le Stade français sera-t-il en mesure de disputer son premier match de Top 14, vendredi prochain, face à l’UBB ? Les douze semaines de préparation prévues dans le protocole médical de la LNR ont volé en éclats. Paris a été contraint d’annuler ses deux matchs amicaux. Et les joueurs de première ligne, les plus impactés par les lésions pulmonaires, ont quasiment eu à subir un arrêt de trois semaines. Selon nos informations, le Paris ne serait même pas en mesure de présenter suffisamment de piliers et talonneurs pour répondre au règlement. "Le plus épineux, souligne Lombard, c’est la santé des joueurs. J’ai besoin d’avoir des garanties par les médecins pour savoir quel est le risque de mettre mes joueurs sur le terrain." Le dossier avec les derniers résultats médicaux est depuis jeudi entre les mains de la commission médicale de la LNR. Dans ces colonnes Paul Goze assure que la priorité demeure "la santé des joueurs".

Pour rappel, le dernier match du Stade français date du 1er mars, une défaite sur le fil au stade Mayol contre Toulon. Soit six mois sans compétition… Ni préparation répondant au protocole de la LNR. Autant dire qu’après une crise sans précédent ayant frappé le rugby français, on imagine mal la LNR prendre le risque d’un accident grave dès la 1re journée de Top 14. Une décision quant à la tenue du match doit être annoncée au plus tard durant le week-end. Mais tout porte à croire que ce premier match face à l’UBB sera reporté.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?