Clermont : le drôle d'intérim de Xavier Sadourny

  • Xavier Sadourny
    Xavier Sadourny Jean Paul Thomas / Icon Sport - Jean Paul Thomas / Icon Sport
Publié le

En raison des mesures sanitaires prises au niveau du staff et d‘un footing providentiel qui lui permit d’éviter d’être considéré comme « cas contact », l’entraîneur de l’attaque Xavier Sadourny s’est retrouvé seul aux commandes de l’effectif professionnel lundi et mardi.

Il est des semaines, comme ça, où il faut savoir faire preuve d’adaptation. Et comme le rugby n’échappera pas à cette règle s’il souhaite que cette saison puisse aller à son terme (voire tout bonnement commencer...), l’ASM en fut le parfait exemple cette semaine puisqu’elle dut s’entraîner en l’absence d’une grande partie de son état-major. Le directeur sportif Franck Azéma ainsi que les entraîneurs Didier Bès et Bernard Goutta ayant été le temps d’une réunion au contact du seul membre du groupe contrôlé positif à la Covid-19, ces derniers ont ainsi logiquement été placés en « neuvaine », laissant le seul Xavier Sadourny aux commandes de l’entraînement cette semaine. Une situation tout sauf confortable pour l’entraîneur chargé des trois-quarts, avec la charge d’une quarantaine de joueurs à lui seul, ou presque...« Franck Azéma m’a appelé au téléphone dimanche soir en me demandant si j’avais été au contact de la personne contaminée lors de son passage au club. Ce n’était pas le cas car au moment de sa venue, j’étais parti courir...

De fait, il a très vite été convenu que je gérerais le début de semaine. » Que l’on pourrait résumer en un seul mot: responsabilisation des joueurs. C’est ainsi qu’entre autres, Morgan Parra, Rabah Slimani, Etienne Falgoux ou Sébastien Vahaamahina se sont particulièrement investis en coordonnant les ateliers, sous la supervision générale de Xavier Sadourny. « En fait, ça n’a pas changé grand-chose. Le lundi, les trois-quarts ne sortent pas et les avants étaient censés répéter leur touche, et quoi qu’il arrive, c’est moi qui aurais dû faire le retour vidéo sur notre match contre l’UBB et animer la séance du mardi axée sur l’animation offensive. Donc au final, tout s’est fait de façon naturelle, plaide Sadourny. C’était
aussi pour les cadres une occasion de réaffirmer leur rôle et leurs responsabilités. Ils ont compris, sans que nous ayons besoin de leur dire, que nous ne pouvions pas faire sans eux dans une semaine comme celle-là. »

Des cadres responsabilisés

Et le moins que l’on puisse dire est que ces derniers ont joué le jeu, d’autant plus facilement que le management participatif du staff auvergnat les y incitait déjà auparavant. « On n’a pas eu besoin de nous demander de prendre nos responsabilités », confirmait sur le site du club le pilier Rabah Slimani, naturellement responsabilisé dans le travail de la mêlée. « C’est venu naturellement puisque c’est quelque chose que nous faisons tout au long de l’année. Nous sommes tous impliqués sur les stratégies à travers de petits groupes de leaders. Dans cette situation, nos responsabilités sont un peu plus étendues mais ce
n’est pas quelque chose que nous découvrons. » Chargé de la touche, le deuxième ligne Sébastien Vahaamahina ne dit pas autre chose. « Avec Bernard, en ce qui concerne l’alignement, nous avons beaucoup d’échanges sur la stratégie à adapter en fonction de l’adversaire tout au long de la saison. Les joueurs sont tous impliqués et viennent sur le terrain avec les idées claires, cela reste fluide. »

Azéma de retour sur le terrain

Pour les joueurs, peut-être.Mais certainement moins pour le peu de staff restant, qui s’est démultiplié, au point de voir la légende Aurélien Rougerie se muer tour à tour en vidéaste, coach de musculation ou de défense, et même en préposé à la lessive... Tout ça pour quoi ? Tout bonnement pour rien, les Auvergnats ayant reçu mercredi la mauvaise nouvelle du forfait des Lyonnais! Forcément rageant, puisque l’option de secours qui était envisagée (un match contre Brive, au cas où le Racing soit aussi impacté) n’a pas pu être menée à bien, le groupe franciliens ayant répondu négativement au test covid... Une tuile supplémentaire pour l’ASM, qui brûlait de se confronter aux Lyonnais pour soigner son point faible actuel du manque de
réalisme, confirmé la semaine dernière face aux Bordelais, et qu’il s’agira désormais de travailler sans filet, dans l’optique de la reprise du championnat et de la Coupe d’Europe... La bonne nouvelle ? C’est que les Auvergnats peuvent compter dans cette optique sur le retour de l’intégralité de son staff, déclaré bon pour le service ce jeudi matin. C'est déjà ça... 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?