Des reports, pas de forfaits

  • De nouveau impactés par des cas de Covid-19, les coéquipiers de Jonathan Wisniewski devront repasser par le protocole médical.
    De nouveau impactés par des cas de Covid-19, les coéquipiers de Jonathan Wisniewski devront repasser par le protocole médical. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Alors que certains managers avaient poussé en faveur de matchs forfaits (0 point au classement) pour les équipes présentant des cas positifs, la Ligue a choisi d’opter pour des reports de match. Du côté du rugby amateur, la reprise se prépare tant bien que mal avec le sentiment d'être démuni face à la réalité de la crise sanitaire. 

D’emblée, la LNR prévient : « les dispositions de ce protocole sont établies en considération de la situation sanitaire en date du 25 août 2020 ; elles sont susceptibles de révision à tout moment de la saison en fonction de l’évolution de la situation. » Le document « protocole médical Covid-19 », voté à la LNR mardi soir et applicable pour la reprise des championnats professionnels, n’a donc de valeur qu’à instant T et s’adaptera aux évolutions de l’épidémie. Que recèle ce document, que nous avons pu nous procurer ?

Tout d’abord, ce point central : « Dans l’hypothèse où 3 cas ou plus sont identifiés à la suite d’un test virologique RT-PCR » réalisé à trois jours du match, la LNR préconise un isolement de 14 jours des cas positifs, des entraînements en petits groupes pour les cas négatifs et, surtout, le report du match prévu le week-end. Pas d’annulation du match et défaite par forfait (0 point au classement) comme le préconisaient certains managers. Le choix de l’équité, donc, en théorie. En pratique, et si l’on en juge par l’hécatombe observée lors de ces matchs de préparation, un embouteillage de matchs en retard est à craindre, alors que le calendrier communiqué en juillet par la LNR ne laisse que trois week-ends de disponibles au cours de la saison. Et, donc, une multiplication de matchs disputés en semaine ? C’est à prévoir.

Des avant-matchs en trois phases

Pour le reste, ce document a posé le cadre médical pour les joueurs et leur encadrement, en semaine de match. Un cadre qui sera supervisé et arbitré par deux commissions, créées pour l’occasion : une cellule d’urgence « compétente pour prendre les décisions en urgence le jour du match sur la tenue de celui-ci » où siégeront Paul Goze (président de la LNR), Emmanuel Eschalier (directeur général de la LNR) et Richard Cacioppo (directeur des Compétitions et Stades) ; une commission d’expertise Covid-19 à vocation médicale, « chargée d’examiner toute situation en lien avec la COVID19. »

Ces deux cellules auront pour mission de surveiller la bonne application du protocole d’avant-match, construit en 3 phases : des tests virologiques RT-PCR par les clubs pour tous les membres du groupe (joueurs, staffs, accompagnateurs), lors jours avant le match ; la communication d’un groupe fermé qui aura seul accès à la pelouse, le jour du match, dans une zone qualifiée de « sanctuarisée » ; une « attestation match » délivrée par chaque médecin de club, au plus tard trois heures avant le match, attestant « que tous les joueurs participant au match ont suivi le protocole médical mis en place par la LNR. » Une manière de minimiser et contrôler l’impact qu’aura la Covid-19 sur la saison à venir. Quand vouloir l’annihiler serait toutefois utopique.

Pour les amateurs, les inquiétudes demeurent

Face à la Covid-19, le rugby amateur n’est pas épargné. Les cas se multiplient à mesure que la date de la reprise approche. à Grenade-sur-Garonne, club de Fédérale 3 à quelques kilomètres de Toulouse, comme dans d’autres clubs amateurs de l’hexagone, l’organisation de la rentrée rugbystique n’était déjà pas tout à fait la même que les saisons précédentes. Elle s’est compliquée un peu plus, depuis cette semaine, avec la suspicion d’un cas de covid-19. Les présidents Michel Nuevo, Michel Delpech et Joël Cassagne témoignent : « Il devait y avoir entraînement ce soir (mercredi, N.D.L.R.) mais il n’aura pas lieu parce que nous avons un joueur suspecté de Covid-19. Nous devions disputer un match amical ce week-end contre un adversaire qui, lui aussi, a un cas suspect, bilan, le match est annulé. Nous devions également partir en stage ce week-end, celui-ci aussi est annulé. Nous sommes un peu démunis face à la situation. Ce joueur a a vu son médecin lundi, a subi un test mardi et n’aura les résultats que vendredi. C’est long et pour s’organiser dans un contexte pareil, c’est très compliqué. Nous devons reprendre dans quelques semaines, sans entraînement, sans match amical, sans stage... » 

Dans ce contexte, Grenade a la chance de pouvoir compter sur les efforts de la mairie qui aide à la mise en place du balisage sanitaire de l’enceinte sportive ou à la désinfection quotidienne des vestiaires (l’accès aux vestiaires sera autorisé à partir du 1er septembre par les municipalités qui le souhaitent, selon, là aussi,un protocole sanitaire très strict) mais tous les clubs de France ne seront pas logés à même enseigne.

Un document cadre mais une reprise qui pose question

Pour encadrer la reprise du rugby chez les amateurs, la FFR a édicté, il y a quelques mois, un document qui décompose celle-ci en 7 stades. Nous en sommes actuellement au stade 7, détaillé dans le « Guide de reprise des rencontres officielles dans le contexte de la Covid-19 » actualisé et mis à la disposition des clubs depuis le 21 août 2020. Ce document prévoit tous les scénarios de reprise possible avec apparition ou pas de cas de Covid-19 dans son effectif. Il détaille, entre autres, toutes les mesures à prendre dans le cadre de cette reprise d’activité et de l’organisation des rencontres à venir. Désignation du covid-manager, autoévaluation quotidienne du joueur et protocole individuel, tenue du registre des participants aux entraînements et en matchs, gestes barrières, port du masque, respect de la distanciation, règlement sanitaire mais aussi dispositions à prendre en cas de non tenue d’une rencontre, tout y est détaillé.

Les clubs jouent le jeu avec zèle en adaptant, balisant, organisant, délimitant, sécurisant les enceintes sportives pour les matchs à venir comme ici, à Grenade-sur-Garonne, ou tout est mis en œuvre pour accueillir le public mais ou les interrogations demeurent. Michel Delpech, l’un des trois présidents du club : « Nous allons afficher, baliser, désinfecter et délimiter tout ce qui doit l’être mais quels moyens aurons-nous pour faire respecter, par exemple, le port du masque à un spectateur visiteur récalcitrant ? » Et l’on sent poindre d’autres questions et inquiétudes sur les dispositions à prendre les jours de match. L’interdiction des pesages ou pourtours de terrain par exemple, pose problème. Leur autorisation peut-être accordée par les autorités préfectorales ou municipales sur demande du club certes mais, dans le contexte sanitaire actuel très crispé, la question reste épineuse. La définition de la capacité en tribunes en pose un autre, là ou 300 personnes pouvaient remplir les places assises, il faudra diviser celles-ci par deux. L’accès aux buvettes ou aux espaces de restauration doit être strictement encadré pour garantir le respect des dispositions réglementaires et des gestes barrières, tous les clubs amateurs seront-ils en capacité de mettre ces mesures en place ? Enfin, quid des mesures à prendre si un cas de Covid-19 , comme ici à Grenade, est suspecté, là aussi, et même si le sujet est détaillé dans le document FFR avec notamment la possibilité du report des rencontres, les clubs s’inquiètent face à l’approche d’une date de reprise qui pourrait devenir très vite un casse-tête pour tout le monde.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
hommageanoves Il y a 1 année Le 29/08/2020 à 21:11

Je crois que si ça continu les reports de Matchs seront en débordements,donc ingérable il faudra bien passer aux forfaits et donner 1 point au 2 équipes. Sinon se sera impossible a gérer en Top 14 et Pro D 2....