Toulon-Toulon : leur bouffée d’oxygène

  • Julien ORY and Baptiste SERIN during the training session on July 15, 2020 in Toulon, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Toulon (France)
    Julien ORY and Baptiste SERIN during the training session on July 15, 2020 in Toulon, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Toulon (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

À une semaine de la reprise du Top14, les Toulonnais ont offert à leur public une confrontation 100% toulonnaise, remportée 14-7 par le RCT Noir d’Anthony Étrillard. Le but de cette dernière répétition générale ? Trouver d’ultimes repères et redonner vie à un stade Mayol en sommeil depuis six mois.

Tic-tac, tic-tac : nous y voilà ! À une semaine de la reprise du Top 14, Mayol est enfin redevenu le poumon d’une cité toulonnaise privée de rugby depuis de trop longs mois. Six, pour être précis. Et si de l’eau a évidemment coulé dans le port entre le 1er mars le 28 août, chacun des 4 500 supporters (4 860 personnes présentes dans le stade) a apprécié à sa juste valeur de s’asseoir à nouveau dans les tribunes et d’assister à la renaissance du rugby dans le Var. "J’aurais aimé qu’il y ait un peu plus de monde, mais c’est ainsi. Puis c’était important pour le public : ça faisait longtemps que les gens n’avaient pas vu de rugby à Toulon.", appréciait Patrice Collazo après le coup de sifflet final. Ce "duel interne", comprenez un affrontement entre les Toulonnais rouges de Bastien Soury et les Toulonnais noirs d’Anthony Étrillard, a donc permis aux Varois, joueurs comme supporters, de réussir leur tant attendue rentrée des classes. De la rencontre, le manager varois et son staff retiendront une nouvelle sortie remarquée de nombreux jeunes joueurs (Erwan Dridi, Clément Egiziano ou encore Kalani Robert, pour ne citer qu’eux), une performance aboutie de certains cadres (Romain Taofifenua, Gervais Cordin ou bien Sergio Parisse), mais surtout une rencontre où chaque joueur a su trouver l’intensité nécessaire pour s’offrir un dernier galop de préparation qualitatif, à une semaine d’un déplacement en terres rochelaises.

"Ça a même surpris l’arbitre…"

"C’est un exercice compliqué car ce sont les mêmes lancements et que tout le monde se connaît : ça demande donc d’anticiper un peu plus. Et par moments nous avons manqué de précision, mais il y a également eu des phases positives, notait Patrice Collazo. Je suis satisfait car les deux équipes se sont engagées à 100 %, et ça a même surpris l’arbitre qui est venu me le notifier à la mi-temps. C’est une bonne préparation avant d’aller à La Rochelle." Soixante minutes de jeu, trois essais (Lachaud, Isa et Moretti), du jeu de dupe pour trouver des espaces face à des défenses qui connaissaient chaque lancement adverse, deux cartons jaunes (!) comme pour attester de la véracité des contacts et surtout un plaisir retrouvé pour des supporters et des joueurs toulonnais, désormais prêts à accueillir à bras ouverts un "rugby qui leur manque" pour paraphraser un Raphaël Lakafia, excité à l’idée de retrouver le Top 14, plus de six mois après l’avoir laissé entre parenthèses. P. I.-R.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?