Brive : Suivez le guide !

  • Saïd Hirèche est en piste pour une nouvelle saison à Brive. Celle-ci pourrait être la dernière alors le flanker compte bien en profiter au maximum.
    Saïd Hirèche est en piste pour une nouvelle saison à Brive. Celle-ci pourrait être la dernière alors le flanker compte bien en profiter au maximum. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Capitaine emblématique du CAB, le troisième ligne SAïd Hirèche devrait disputer sa dernière saison.

Ce sera sa neuvième saison au CA Brive-Corrèze. En fin de contrat en juin dernier, le club et le capitaine emblématique du club corrézien depuis la retraite d’Arnaud Mela avaient rapidement discuté sur une éventuelle prolongation de contrat pour un dernier tour de piste. "On avait commencé à discuter au mois de décembre. Je me sentais plutôt bien physiquement donc j’avais envie de poursuivre l’aventure."

Au mois de janvier, la prolongation de contrat pour une nouvelle saison était effective. Le flanker a ainsi évité de terminer sa carrière sur une saison inachevée. "Je ne me compare pas à eux mais ça a dû être assez dur à vivre pour des joueurs historiques du Top 14 comme Capo Ortega ou Puricelli. Ça aurait été terrible de finir là-dessus." L’histoire n’est pas encore finie et le joueur qui avait débuté sa carrière au Stade français avec une première apparition chez les professionnels le 19 novembre 2005 lors d’une victoire face à… Bayonne (une petite minute de temps de jeu) est plein d’espoir au moment d’aborder sa seizième saison chez les pros, avec l’objectif premier de maintenir le club corrézien au plus haut niveau sans s’interdire de rêver à mieux. "Normalement c’est la dernière saison. Ma priorité principale est d’être performant sur le terrain, d’enchaîner les bons matchs pour apporter au collectif."

Devenir entraîneur

Alors qu’il fêtera ses 36 ans au mois de mai, Saïd Hirèche reste ce rouage essentiel du collectif corrézien et il ne compte pas se préserver et encore moins "choisir ses matchs" comme on dit. Il sera encore une fois un général montant au front, même s’il avoue n’avoir pas changé ses habitudes pendant la préparation : "Je ne l’ai pas abordé de manière différente. Je me suis simplement préparé pour être compétitif dès le début du championnat et je me sens bien physiquement. Je veux que les entraîneurs puissent compter sur moi et j’ai bien sûr envie d’être sur le terrain. Après, au regard de notre effectif, on peut facilement imaginer qu’il va y avoir du roulement et c’est très bien pour l’émulation du groupe."

Le capitaine briviste veut surtout éviter d’être dépassé par ses émotions : "Je sais bien que beaucoup de moments, beaucoup de matchs vont être particuliers pendant cette saison. Pour l’instant j’essaie de ne pas y penser. Si jamais, c’était vraiment la dernière saison, je sais qu’il va y avoir des temps forts. Je pense que le dernier derby aura une saveur particulière. Le dernier déplacement à Jean-Bouin aussi puisque chaque année toute la famille est dans la tribune. Ce sera aussi le cas à l’Arena. Il est certain qu’il faut savoir apprécier chaque moment, chaque match, chaque semaine d’entraînement. Même si les anciens nous préviennent pendant notre carrière, il est évident que ça passe très vite."

Saïd Hirèche n’aura pas le temps de s’ennuyer et aura forcément du mal à retenir le temps puisqu’il va passer ses diplômes d’entraîneur avec l’envie de transmettre son expérience lors de la fin de sa carrière de joueur. "Je ne veux pas me couper du rugby, même si je sais que ça ne sera pas facile. Mais pour l’instant je suis concentré sur cette saison à jouer." Le capitaine veut encore sentir les frissons en entrant sur la pelouse du Stadium. La dérogation accordée par la préfecture pour accueillir 9 000 supporters face à Bayonne a donc été une très bonne nouvelle : "Cela fait six mois que l’on attend ça ! C’est vraiment long et pouvoir reprendre avec autant de public, cela fait vraiment du bien." En espérant que les supporters poussent Saïd Hirèche et ses partenaires vers un premier succès.

Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Réagir