Clermont : Sébastien Bezy face aux siens

  • Auteur d'une bonne préparation, Bézy avait coché de longue date cette première journée face à son ancien club
    Auteur d'une bonne préparation, Bézy avait coché de longue date cette première journée face à son ancien club Photo Vincent Duvivier / Photo Vincent Duvivier / Photo Vincent Duvivier
Publié le / Mis à jour le

Arrivé cet été en Auvergne, il brûle de se mesurer dès l'ouverture du championnat face à son ancienne équipe et son ex-concurrent Antoine Dupont. 

La voix est toujours aussi rieuse, le sourire toujours aussi espiègle. Non, Sébastien Bezy n’a pas changé, à une nuance près : celle qui le voit désormais officier sous le casque des Jaunards, après huit longues saisons en équipe première du Stade toulousain, où il a également fait sa formation. Autant dire que si un joueur s’est montré attentif aux évolutions des cas de Covid dans les rangs de ses ex-coéquipiers, c’est bien lui… "Lorsque le calendrier est sorti, nous étions en stage avec Clermont, et tout le monde m’a bien fait remarquer que la première journée serait contre Toulouse, nous confiait-il mercredi. Symboliquement, c’est sûr que ce serait fort de pouvoir jouer mon premier match contre eux, qui plus est devant un peu de public puisque nous avons eu la chance de voir notre jauge monter à 10 000 spectateurs…"

"Bien sûr qu’on a effectué un focus sur Antoine dans la semaine. Mais sur d’autres, aussi…"

Un rendez-vous au sommet pour lequel Sébastien Bezy constituera forcément un des meilleurs atouts clermontois au regard de sa parfaite connaissance du jeu toulousain. Ce que l’intéressé préfère minimiser, tout en modestie. "Je ne vais rien apprendre à personne en disant que les Toulousains sont très forts pour jouer debout, prendre des initiatives, et surtout capables de nous mettre en difficulté en défense si on ne se déplace pas très vite, s’amuse Bezy. Je connais bien sûr quelques annonces, et encore, celles-ci ont peut-être changé cet été. Et de toute façon, comme chaque combinaison a plusieurs sorties possibles, on ne peut pas vraiment anticiper…"

On en accepte l’augure. Reste qu’au-delà des retrouvailles entre Bezy et le Stade toulousain, ce match offrira surtout des retrouvailles entre Sébastien Bezy et Antoine Dupont, l’indétrônable détenteur du poste chez les Rouge et Noir, dont l’omniprésence a contraint cet été Bezy à l’exil. De quoi faire naître la perspective d’un match dans le match, entre deux joueurs qui se connaissent naturellement par cœur ? "Antoine, j’ai plus souvent joué à ses côtés que contre… Tout le monde le connaît, ça ne l’empêche pas d’être performant. On a bien sûr effectué un focus sur lui dans la semaine, ainsi que sur d’autres joueurs, mais il n’y a pas de secret. La clé, ce sera juste d’être le plus concentré possible…"

Seulement son deuxième match au Michelin

Afin de museler un adversaire dont les principes de jeu se situent aux antipodes du projet clermontois, que Bezy s’attache toutefois à maîtriser le mieux possible. "À Clermont, les principes de jeu sont très différents, beaucoup plus structurés, mais je m’y retrouve plutôt bien, signale Sebastien Bezy. Ce n’est pas très compliqué, il s’agit simplement d’apprendre les annonces et les systèmes par cœur. Après, je ne vais pas dire que tout marche déjà comme sur des roulettes puisque pour notre seul "vrai" match amical, nous avons pris 30 points contre l’UBB…" Pas de quoi toutefois saper le moral de Bezy, tout à l’excitation de découvrir jour après jour son nouvel environnement. "Je découvre encore : le club, la ville, le stade… C’est curieux mais dans ma carrière, je n’avais jusqu’alors joué qu’une seule fois au Michelin. C’était l’année de mes 21 ans, Guy Novès était encore l’entraîneur, ça commence à remonter. Ça va me faire drôle d’y rejouer à nouveau." L’occasion semblant plus que parfaite pour se mettre d’entrée de jeu la Yellow Army dans la poche…

Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Réagir