Ligue Celte : Des demies explosives

  • Les centres du Munster, Chris Farrell (à gauche) et Damian De Allende (à droite), aura fort à faire face à la paire internationale du Leinster (Ringrose-Henshaw). Ce duel de haut vol sera une des clés spour mettre fin à l’hégémonie des Dubliners. Les centres du Munster, Chris Farrell (à gauche) et Damian De Allende (à droite), aura fort à faire face à la paire internationale du Leinster (Ringrose-Henshaw). Ce duel de haut vol sera une des clés spour mettre fin à l’hégémonie des Dubliners.
    Les centres du Munster, Chris Farrell (à gauche) et Damian De Allende (à droite), aura fort à faire face à la paire internationale du Leinster (Ringrose-Henshaw). Ce duel de haut vol sera une des clés spour mettre fin à l’hégémonie des Dubliners. Sportsfile / Icon Sport - Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Le Pro14 s’approche peu à peu de son dénouement et ses demi-finales promettent un spectacle de premier choix avec, d’un côté, le traditionnel Leinster - Munster, et de l’autre un choc Édimbourg - Ulster. Chaud devant.

Le Munster parviendra-t-il à corriger l’outrageuse domination du Leinster en Ligue celte ? C’est toute la question de cette demi-finale. Car le Leinster représente six titres et cinq finales à lui seul. Les joueurs de Dublin sont les doubles tenants du titre, après leurs victoires face aux Scarlets en 2018 et à Glasgow l’année dernière. Le Munster, lui, ne pointe qu’à la troisième place du classement celte (derrière les Gallois des Ospreys) avec "seulement" trois titres et quatre finales. Pour tenter d’inverser la tendance, les joueurs de la Red Army vont devoir sortir le Leinster de la compétition.

De Allende : "Ce groupe veut voir grand"

En sont-ils capables ? On le pense. Car il y a deux semaines, les Munstermen ont poussé leurs meilleurs ennemis dans leurs derniers retranchements à Dublin. Score final : 27-25 pour le Leinster, qui aura été mené en début de rencontre puis rattrapé au score en fin de partie notamment grâce à un essai de l’ailier irlandais Andrew Conway, ainsi qu’à l’excellente prestation de leur recrue championne du monde, le centre sud-africain Damian De Allende. En seulement deux matchs avec son équipe, le Bok a déjà marqué les esprits et forme un duo redoutable avec l’international irlandais Chris Farrell. Et à l’écouter, il n’est pas mécontent de son choix : "J’ai signé en faveur du Munster parce que ce club me semblait avoir les références, la qualité du staff, les joueurs et du cœur pour accomplir de grandes choses. En seulement deux rencontres, je sens que je ne me suis pas trompé : ce groupe peut voir grand. Il ne veut pas jouer les demi-finales ou la finale, il veut tout gagner. Et pareil en Champions Cup."

En face, De Allende aura deux sacrés clients : rien de moins que la paire de centre de l’Irlande, composée de Robbie Henshaw et Garry Ringrose : "Ce sont deux joueurs de classe mondiale. Ils sont puissants mais demeurent très rapides. Avec eux, le Leinster peut jouer dans notre dos en tapant des coups de pied à suivre. Avec des mecs pareils en face, on ne peut pas se permettre de perdre des ballons dans les rucks ou mobiliser un défenseur de trop sur eux."

Édimbourg en outsider ?

L’autre demi-finale opposera les Écossais d’Edimbourg aux Irlandais de l’Ulster dans le prestigieux antre de Murrayfield qui, covid-19 oblige, sera malheureusement complètement vide. Pour le manager d’édimbourg, l’Anglais Richard Cockerill, qui a remis la formation écossaise sur pied après son passage au RCT, les choses sont claires : "Nous ne pouvons pas être favoris de ce match. L’Ulster a déjà gagné cette compétition, ils joueront un quart de finale de la Champions Cup à Toulouse… La pression est sur eux. On attend de cette équipe qu’elle batte Édimbourg."

Et pourtant, les Écossais avancent à peine masqué. Auteurs d’une très belle phase régulière, les gars de Cockerill possèdent quelques redoutables points forts, à commencer par la défense. En effet, Édimbourg est l’équipe qui a concédé le moins d’essais cette saison. Seul le Leinster a fait mieux en termes de points encaissés. Leur pourcentage de réussite au plaquage dépasse les 90 % et Édimbourg est l’équipe qui a subi le moins de franchissements de toute la compétition. Les Calédoniens devront toutefois se méfier des deux hommes en forme de l’Ulster : le centre irlandais Stuart McCloskey et le troisième ligne centre sud-africain Marcell Coetzee, très en vue la semaine dernière. "Nous devrons contrôler leur 12 et leur 8, avertissait Cockerill. Sinon…"

Simon VALZER
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?