Montauban : Du neuf à Sapiac

  • Entre l'arrivée d'un nouveau staff et l'arrivée d'une dizaine de recrues, c'est le début d'une nouvelle ère à Montauban
    Entre l'arrivée d'un nouveau staff et l'arrivée d'une dizaine de recrues, c'est le début d'une nouvelle ère à Montauban Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L’arrivée d’un nouveau staff et d’une dizaine de recrues expérimentées apporte un souffle nouveau et une ambition retrouvée.

Si la crise sanitaire a frappé de plein fouet le club de Montauban et les autres clubs de France et de Navarre, il a particulièrement touché le président Jean-Claude Maillard et son entreprise Figeac Aéro. Fort heureusement l’entrepreneur, qui a pris les rênes du club l’hiver dernier, est resté ferme dans sa volonté de le relancer. Ainsi, pendant le confinement et même après, Sapiac est resté très actif sur le marché et a attiré du beau monde. Julien Caminati, Mike Tadjer et Dylan Sage, star sud-africaine du rugby à VII, ont rejoint les rangs de l’équipe qui a fini à la treizième place la saison dernière. L’occasion de faire rêver les supporters… Florian Ninard, à la tête du sportif, est celui qui a pensé ce recrutement : "Il y avait la nécessité d’aller chercher ces joueurs au profil revanchard, ambitieux et à un niveau déjà confirmé, pour permettre à l’équipe d’atteindre ses objectifs." Les objectifs ne sont pas encore bien définis tant la situation est complexe. Mais celle-ci a permis une intégration facile lors de la reprise de l’entraînement par petits groupes début juillet.

Passer outre la frustration

L’annulation de deux matchs amicaux durant cet intersaison a davantage touché les têtes que les corps. "Après tous ces mois sans jouer on se prépare pour jouer et c’est annulé la veille à 23 heures ou le matin même, déplore le capitaine Stéphane Munoz. C’est frustrant et handicapant." Mais comme le constat est le même chez les Oyomen (un seul amical disputé contre Grenoble), le rapport des forces en est quelque peu équilibré. Tant mieux, car les Montalbanais attaquent fort, avec la réception de Biarritz et un déplacement à Grenoble les deux semaines suivantes (voir ci-contre). Mais qu’importe, selon le troisième ligne qui prend le contexte actuel avec humour : "On ne peut pas prévoir si on jouera ou pas dans les semaines à venir. Autant prendre les matchs un par un. De toute façon entre le staphylocoque et le confinement l’an dernier, on a l’habitude des annulations ! Trois, quatre matchs reportés on sait faire, ce n’est pas un problème."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin Put
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?