Pau : en pleine lumière

  • La Section Paloise est la seule équipe de Top 14 a avoir disputé trois matchs de préparation
    La Section Paloise est la seule équipe de Top 14 a avoir disputé trois matchs de préparation Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Seule équipe à avoir effectué trois matchs amicaux, la Section paloise retrouve la compétition avec quelques certitudes.

Les Palois sont donc invités à lancer la saison de Top 14, lors de ce déplacement à Montpellier. Si Canal + avait rêvé de l’Union Bordeaux-Bègles et de son statut d’équipe en tête du championnat avant le confinement, le diffuseur n’y perd pas forcément au change car la Section paloise a l’avantage d’avoir disputé trois matchs de préparation. C’est la seule équipe qui a réussi cet "exploit" et ce n’est pas négligeable après une si longue période sans compétition. L’ensemble des matchs amicaux a confirmé la tendance : il n’est jamais évident de remettre la machine en route après une si longue période sans compétition. Les Béarnais partent-ils avec un avantage suffisant pour créer la première surprise de la saison ? "Avoir disputé trois matchs amicaux n’est pas un désavantage, reconnaît le co-manager Nicolas Godignon. Au contraire, il est évident que je préfère que nous ayons disputé trois matchs, plutôt qu’un seul comme Montpellier. Mais le MHR dispute souvent les phases finales. Elle fait partie de ses équipes qui doivent composer avec des préparations plus courtes puisqu’elles reprennent tardivement. Ce sont des équipes qui se contentent souvent de deux matchs amicaux. Les Montpelliérains ont plus l’habitude de gérer ce genre de situation. Ils savent faire vite."

Un précieux avantage

Alors au lieu de penser que Montpellier pourrait manquer de repères collectifs pour ce lever de rideau, Nicolas Godignon préfère se concentrer sur le travail effectué par son équipe depuis la reprise et se veut satisfait du contenu des matchs amicaux malgré la défaite face à Castres. "Nous aurions préféré un peu plus accompli, mais nous avons bien dit que le match aurait été tout autre si nous avions décidé de prendre les points au pied puisque nous avons eu quinze pénalités en notre faveur en première période. Maintenant, nous avons eu du mal à nous sortir de la pression défensive et cela nous a permis de travailler en conséquence. Et puis en bénéficiant d’autant de pénalités, nous avons pu travailler le secteur de la touche qui était déficient la saison dernière. Nous avons pu multiplier les essais dans cet exercice et nous pouvons être satisfaits." Un travail de répétition en conditions réelles qui pourrait être un précieux avantage face à des Montpelliérains qui avaient notamment connu quelques difficultés dans ce secteur face à Aurillac en amical.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?