Racing 92 : À droite, l’équation est majeure

  • Cedate Gomes Sa semble tenir la corde pour devenir le nouveau n°1 au poste de pilier droit du Racing 92
    Cedate Gomes Sa semble tenir la corde pour devenir le nouveau n°1 au poste de pilier droit du Racing 92 Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le départ de "big ben" laisse trois jeunes piliers aux commandes du flanc droit de la mêlée. Ont-ils le coffre ? Travers en est convaincu.

Ben Tameifuna, parti à l’Union Bordeaux-Bègles à l’intersaison, était depuis quatre ans la pierre angulaire de la mêlée francilienne et, en forme, incarnait l’un des meilleurs "droitiers" du championnat de France. L’international tonguien, doté d’un des plus gros salaires dans les Hauts-de-Seine, avait aussi pour lui la capacité de mobiliser plusieurs défenseurs lorsqu’il était positionné en premier attaquant près des rucks, et ainsi offrir à Maxime Machenaud, Teddy Iribaren ou Finn Russell le temps nécessaire pour dégager leur camp et inverser la pression. Mais ? Les dirigeants franciliens ont décidé de laisser partir "Big Ben", puisque c’est sous ce nom qu’on le connaît, rejoindre la Gironde au printemps et, depuis cette annonce, une question tourne en boucle dans le "92" : ont-ils fait une erreur ?

En prenant le recul nécessaire pour analyser la problématique, on serait aujourd’hui enclin à répondre que non. De fait, Ben Tameifuna n’a rien épargné à ses anciens dirigeants, ces dernières années. Revenu méconnaissable de la dernière Coupe du monde au Japon (166 kg), l’ancien pilier des Chiefs avait ensuite mis deux mois à retrouver son poids de forme (145 kg) et, s’il avait alors réalisé de bonnes performances sous le maillot ciel et blanc, il ne put toutefois faire oublier que ses débuts avec le club eurent seulement lieu à la onzième journée (!) et qu’il cumula en totalité 416 minutes de temps de jeu, tout autant qu’Ali Oz et à peine plus que Georges-Henri Colombe (320 minutes), le supposé quatrième choix dans la hiérarchie francilienne. C’est évidemment trop peu pour un joueur d’un tel calibre…

Travers : "Seul le présent

m’intéresse…"

Tameifuna parti, un boulevard se présente aujourd’hui face à Cedate Gomes-Sa (le premier choix), Ali Oz et George-Henri Colombe. "J’ai une confiance énorme en ces joueurs-là, explique Laurent Travers, le directeur de rugby du Racing 92. Une chance se présente à eux, ils doivent la saisir et c’est la raison pour laquelle le club a souhaité les conserver. […] Moi, ce qui m’intéresse, c’est le présent. Le titre de juin 2016 (avec Ben Tameifuna) je m’en souviens mais ce que je souhaite, c’est surtout en avoir d’autres." À Lyon, face à l’un des plus gros packs du championnat, la mêlée francilienne passera quoi qu’il en soit un premier gros test.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?