Vannes - Aurillac : Peut mieux faire !

  • Vannes a gagné son premier match de la saison contre Aurillac mais le collectif du RCV peut encore s'améliorer
    Vannes a gagné son premier match de la saison contre Aurillac mais le collectif du RCV peut encore s'améliorer Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le RC Vannes a fait ce qu’on attendait de lui. Signer sa première victoire de la saison. Histoire d’engranger de la confiance. Mais rien de plus….

30-22, si la victoire du RC Vannes respire une certaine légitimité par rapport au contenu proposé, elle n’en a pas moins été un tantinet laborieuse à décrocher face à une formation d’Aurillac qui n’avait pas fait le déplacement pour rien. Les vannetais ont même tremblé  pendant 5 minutes (entre la 60 et la 65e) lorsque les cantaliens sont revenus à 1 point (23-22), avant d’asseoir définitivement leur premier succès de la saison. On on ne en demandait pas plus.

40 minutes de bonne tenue

Il est vrai qu’à la pause, ce qui avait transpiré avait de quoi rassurer. Oh ! certes, la production n’avait pas la même tenue que lors du match contre Soyaux-Angoulême et il n’y avait pas de quoi se pendre au lustre de l’extase. Mais les vannetais s’étaient appliqués à donner un visage sérieux, appliqué, parfaitement conscients de l’enjeu d’un premier match de saison à domicile face à un adversaire qui ne figure pas parmi les ténors de ce championnat. Adversaire qui, lui aussi, après un round d’observation de 20 minutes, retrouva peu à peu les vertus d’un rugby collectif et surtout solidaire, sans toutefois parvenir à franchir le premier rideau défensif breton. Le jeu de dégagement au pied de Vincent apporta l’oxygène dont son équipe fait eu parfois besoin dans ces 40 premières minutes.

Marque favorable 

L’essai transformé de Kité après 3 groupés pénétrants sur pénal-touche et les 3 pénalités de Hilsenbeck assurèrent aux Morbihannais un viatique qui n’avait rien de rédhibitoire pour les Cantaliens qui répondirent avec 3 pénalités de Vincent sur des fautes vannetaises (16-9 à la pause). L’essai de Pages (53e) et plus encore celui d’Edwards (65e) eurent tôt fait de doucher l’envie aurillacoise, même si Vincent (prestation 3 étoiles et 22 points à lui seul !) était en grâce. 

Pas faire la fin bouche

Pour autant, pas question de faire la fine bouche dans le camp vannetais. Une victoire légitime, même si « notre conquête a été sous pression faute de ballons exploitables, notre touche parfois laborieuse et nos mêlées mises parfois en difficulté face à un gros et solide pack d’Aurillac » confessait Jean-Noël Spitzer qui n’est pas du genre à jeter le bébé avec l’eau du bain et à bouder son plaisir. « Ce soir je souris, mais je sais déjà qu’il faudra être plus performant à Provence dans 8 jours ».
 

Etoiles : 

*** Vincent

** Blanchard, Marks, Bazin, Popelin, Hewat, Dufour.

  • Dubreuil, Hilsenbeck, Symons, Van Dam, Roussel.

 

Les blessés :

RC Vannes : néant

Aurillac : Boisset (béquille)

Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?