Bayonne s'est révolté trop tard

  • Peyo MUSCARDITZ (Bayonne).
    Peyo MUSCARDITZ (Bayonne). Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Volontaires mais bien trop indisciplinés, les basques ont laissé leurs adversaires prendre le large dans le premier acte. Fatale erreur...

Dans la semaine précédant la rencontre, l’entraîneur des avants bayonnais Joël Rey exigeait de ses joueurs de montrer « un très fort engagement. » Ses hommes ne l’ont pas trahi. Dès les premières minutes, les Basques ont répondu présents dans l’engagement. Le problème, c’est qu’ils n’ont jamais pu mettre la main sur le ballon. Acculés dans leur camp, les Basques ont donc résisté face aux vagues brivistes. Tant bien que mal, et pas toujours avec rigueur, à l’image de l’essai en solitaire d’Enzo Hervé marqué dès la 12e minute.


L’autre problème, c’est qu’ils ont également défendu en commettant des fautes. Trop de fautes. Dans le seul premier acte, les Bayonnais ont écopé de deux cartons jaunes, donnés successivement à leur centre Peyo Muscarditz à la 17e minute puis à son homologue Izaia Perese à la 37e. C’est pourtant durant la première période d’infériorité numérique que les coéquipiers de Jean Monribot ont marqué leurs points de la première mi-temps, revenant à 10 à 6 grâce à deux pénalités de l’ex-régional de l’étape, l’arrière Gaëtan Germain. Mais à force de laisser la possession à l’adversaire, on s’expose… Et c’est ainsi que les Basques ont encaissé un autre essai du deuxième ligne Mitch Lees sur une combinaison dans le couloir après une touche à 5 mètres de la ligne basque. Quelques minutes plus tard, Nico Lee perçait dans la défense bayonnaise et une poignée de secondes plus tard, Bituniyata humiliait Ravouvou.
 

Vaine réaction


Conscients d’être à côté de la plaque, les Basques se sont enfin décidés à sonner la révolte au retour des vestiaires, lançant leur deuxième acte avec une séquence de folie sur laquelle ils gagnèrent 39 mètres. Avant que leur mêlée ne termine le boulot en obtenant un essai de pénalité. Quelques minutes plus tard, Camara interceptait une passe briviste et s’enfonçait dans la défense. Il trouvait ensuite un bon relais de Taofifenua qui conduisit sur l’essai de John Ulugia, très en vue à Brive. Mais les Basques retombèrent dans leurs travers, et Taofifenua écopa d’un troisième carton jaune. La messe était dite.
 

Voir les commentaires
Réagir