Le Racing fait coup double dans le Rhône

  • Louis Dupichot qui raffûte ici Josua Tusova inscrit à la 47e minute le deuxième essai des Racingmen.
    Louis Dupichot qui raffûte ici Josua Tusova inscrit à la 47e minute le deuxième essai des Racingmen. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Malgré un contenu largement perfectible, le Racing se satisfaisait d’avoir pris les quatre points de la victoire pour débuter le Top 14, et préparer les prochains rendez-vous.

Avec sa victoire au Matmut Stadium de Gerland, le Racing a réalisé un joli coup à trois bandes : débuter idéalement le Top 14 par une victoire sur le terrain d’un prétendant à la qualification, engranger de la confiance avant son prochain voyage en Auvergne-Rhône-Alpes pour affronter Clermont, en quart de finale de Coupe d’Europe, dans deux semaines, et cerise sur le gâteau, prendre sa revanche sur une équipe qui avait pris l’habitude venir l’emporter chez lui en début de saison.

Le Lou l’avait ainsi emporté sur le terrain du Racing le 28 septembre 2019 (31-20, 5e journée), le 6 octobre 2018 (19-13, 7e journée) et le 30 septembre 2017 (20-17, 6e journée), et les Racingmen étaient satisfaits d’avoir remis les pendules à l’heure et de mettre un petit caillou dans la chaussure du Lou d’entrée de championnat. "On avait une revanche à prendre sur Lyon, qui venait gagner chez nous depuis plusieurs saisons, reconnaissait le troisième ligne, Wenceslas Lauret, pas peu fier du vilain tour joué aux Lyonnais. Il fallait rendre la monnaie de la pièce. Et il fallait tout simplement montrer qu’on était capables de gagner. Des matchs importants nous attendent."

Des axes de progressions

Ce succès n’est pas une fin en soi. Il n’est que le premier étage de la fusée qui doit les emmener beaucoup plus haut, si possible dès cet automne. De ce match, les Racingmen ne veulent, et on peut les comprendre, retenir que la victoire, et les nombreux axes de progression. " On ne s’attendait pas à avoir autant de déchets, regrettait le demi de mêlée, Maxime Machenaud. Tout n’est pas en place. Il y a eu beaucoup d’approximations. Il n’y a pas d’euphorie dans le vestiaire. La victoire est là. On peut construire sur ça."

L’international était au diapason de son entraîneur, lui-même peut-être plus indulgent sur la prestation de son équipe.

"Sur le contenu, les deux équipes ont été approximatives, rappelait-il. C’est un premier match. Toutes les équipes manquent de continuité, après un long arrêt de cinq mois et demi, et l’adaptation aux nouvelles règles, aux nouvelles conditions d’entraînement et de jeu. Mais nous avons gagné et nous savons qu’il est toujours plus facile de construire dans la victoire."

Il reste à apprendre à mieux construire les prochaines victoires. La prochaine réception d’une équipe de Montpellier revancharde après sa déconvenue contre Pau, puis un match couperet pour entrer dans le dernier carré européen ne supporteront certainement pas les approximations entrevues ce samedi, à commencer par le jeu au sol - vaste chantier pour la plupart des équipes - domaine dans lequel le Racing a été en difficulté ce samedi.

Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir