Bayonne - Clermont : l'Aviron veut retrouver son image

  • Les Basques de Peyo Muscarditz doivent se remobiliser dès ce week-end pour ne pas reproduire face à Clermont le non-match de Brive. Photo Icon Sport
    Les Basques de Peyo Muscarditz doivent se remobiliser dès ce week-end pour ne pas reproduire face à Clermont le non-match de Brive. Photo Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Après son faux départ, l’aviron entend redresser la barre. Mais c’est Clermont, l’un des favoris au titre, tombeur du champion de France, qui se présente. Déjà un rendez-vous essentiel pour la suite.

Une entrée en matière manquée ! Qui rajoutera un peu de stress à l’heure de recevoir l’un des prétendants au titre. Déjà, l’Aviron devra sortir la tête de l’eau à peine la saison lancée. Point de dramatisation tout de même. "Il n’y a pas de honte à perdre à Brive", lance Yannick Bru. Sauf que Bayonne est passé totalement à côté de son sujet. Trois cartons jaunes et dix-neuf pénalités : les Basques étaient loin des standards de la saison passée. Et loin aussi de l’exploit de la première journée qui les avait vus s’imposer au Racing. "Brive nous a ramenés sur terre, continue le manager. Certains avaient cru que nous avions changé de statut."

Bayonne doit donc avaler cette désillusion pour mieux rebondir. Comme il avait fait l’an passé, après une période de vaches maigres. Ce premier match ne reflète en aucun cas la valeur de l’équipe. C’est ce que veut croire Peyo Muscarditz. "Nous avons été inexistants en première période, note-t-il. Ce fut un non-match. Nous avons subi du fait de notre inefficacité. Nous avons laissé Brive dans l’avancée et nous avons été défaillants dans les plaquages d’homme à homme. Collectivement, c’était donc compliqué de réagir. La crainte que l’on peut avoir maintenant, c’est de reproduire ce match face à Clermont."

Un mal passager

La question de l’état d’esprit se pose. L’Aviron a-t-il, en quelque sorte, manqué d’humilité ? "Nous avons davantage imaginé que créé l’exploit, poursuit le capitaine bayonnais. On aurait pu rivaliser avec Brive mais nous nous sommes trompés d’objectif. Notre plus grand ennemi, c’est nous. Il faut éviter de trop y penser." Pour mieux se retrouver, à l’image de cette fin de saison dernière. "On n’a pas été, pour l’instant au niveau de l’an dernier, continue le centre. C’est vrai que pour ce premier match, on voulait marquer les esprits." Ce rendez-vous manqué ressemble donc davantage à un mal passager qu’à une blessure plus profonde. Clermont en sera sûrement le révélateur.

Les Auvergnats ont battu le champion de France dans les conditions que l’on sait. De quoi impressionner, malgré tout. "Ils sont en place, a remarqué Peyo Muscarditz. On dirait qu’ils n’ont jamais arrêté. C’est une équipe dense, physique. Il nous faudra être présent sur la ligne d’avantage, retrouver notre appétence. Et les points qui ont fait notre force comme la défense, la discipline. Cette prestation en Corrèze ne nous ressemble pas."

Bayonne n’a disputé qu’un véritable match de préparation, face à Pau. Le rodage s’effectue donc en championnat. Il en est ressorti quand même quelques points de satisfaction qui laissent augurer d’un redressement. La mêlée, la touche, les points pris au pied, autant d’éléments qui doivent rassurer les Bleu et Blanc. Et leur permettre, peut être, de lancer leur saison.

Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Réagir