Castres - Stade français : le CO craint que les masques tombent

  • Loïc Jacquet craint la réception du Stade français dont l’effectif est pour lui titanesque. Photo M.O. - D. P.
    Loïc Jacquet craint la réception du Stade français dont l’effectif est pour lui titanesque. Photo M.O. - D. P.
Publié le , mis à jour

Les Tarnais se méfient grandement de cette réception du Stade français qui a tout du match piège.

Une question hante tous les suiveurs réguliers du Top 14, et une partie de la réponse sera divulguée dimanche soir : dans quel état de forme se trouve le Stade français, club le plus impacté par la pandémie de Covid-19 et qui n’a pas joué un match de rugby depuis un déplacement à Toulon, le 1er mars dernier ? Avec 27 membres du club touchés par la maladie, tous les matchs amicaux estivaux annulés et la première journée de Top 14 reportée, les Parisiens débarquent à Castres enveloppés d’une nappe de brouillard très dense.

Loïc Jacquet, le deuxième ligne castrais, craint énormément ce match, y voyant tous les marqueurs d’un énorme piège. "On n’a aucun contenu, aucune image sur laquelle s’appuyer pour préparer ce match. La seule chose que l’on sait, c’est que le Stade français a un effectif titanesque et que cette équipe sait jouer au rugby. Les joueurs sont sevrés de jeu depuis des mois, ils ont été soumis à une forte pression, leur retour sur le terrain peut faire très mal. Ils vont vouloir se faire plaisir et tourner la page de cette période noire de l’histoire de leur club. Et la meilleure façon de tourner cette page, ce sera de faire un très bon match chez nous…" Attention donc à la tombée des masques de la bête blessée du championnat. Mauricio Reggiardo, lui, sait à quoi s’attendre face à l’équipe de son compatriote Gonzalo Quesada. Pour lui, il n’y aura pas de piège, le Stade français sera prêt : "Je sais que Gonzalo va mettre en place un rugby adapté à ses contraintes à l’instant T. Le Stade français est le plus gros budget du championnat avec des joueurs de classe mondiale. Ils n’oublient pas comment on joue au rugby et ils seront très dangereux !"

Préparer le match parfait

Pour répondre au défi que ne manqueront pas d’imposer les Parisiens, Castres espère produire le match le plus complet possible. "On n’a pas d’autres choix que de préparer le match parfait, sourit encore Loïc Jacquet. On ne sait rien de leurs points faibles, nous n’avons pas de recul sur leur jeu. Nous nous concentrons sur nous et sur nos précédents matchs qui sont de bonnes bases de travail."

En effet, cette saison, le CO peut travailler dans la sérénité, ce qui n’était pas forcément le cas l’année dernière à la même époque car les résultats étaient moins présents. Les Tarnais, sans être flamboyants, ont su remporter le match inaugural de leur saison sur la pelouse d’Armandie samedi dernier, histoire de se donner de la confiance et de lancer idéalement l’exercice. Même si le deuxième ligne du CO tempère : "Comptablement, ce résultat à Agen est excellent. Mais le contenu a pu laisser parfois à désirer. Nous devons encore nous améliorer." Allusion à peine masquée à la discipline, point noir de cette première journée qui s’explique par une adaptation aux nouvelles règles encore à parfaire. Jacquet en profite pour glisser une petite pique au législateur : "Dès que le gratteur touche le ballon, c’est sifflé. Avant il fallait quand même batailler quelques secondes avant d’avoir le gain du ballon. Pour le moment je n’ai pas le sentiment que ces nouvelles règles aient dynamisé le jeu comme cela était escompté…"

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
David BOURNIQUEL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?