Montauban - Biarritz : Clarkin retrouve la terre qui l’a formé

  • Matthew CLARKIN of Biarritz during the Pro D2 match between Biarritz and Perpignan on February 20, 2020 in Biarritz, France. (Photo by JF Sanchez/Icon Sport) - Matthew CLARKIN -  (France) Matthew CLARKIN of Biarritz during the Pro D2 match between Biarritz and Perpignan on February 20, 2020 in Biarritz, France. (Photo by JF Sanchez/Icon Sport) - Matthew CLARKIN -  (France)
    Matthew CLARKIN of Biarritz during the Pro D2 match between Biarritz and Perpignan on February 20, 2020 in Biarritz, France. (Photo by JF Sanchez/Icon Sport) - Matthew CLARKIN - (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour avoir défendu les couleurs de Sapiac pendant cinq ans, Matthew Clarkin sait que gagner à Sapiac n’est pas aisé…

Quand on évoque la carrière de Matthew Clarkin, on a tendance à penser que celle-ci a démarré, en France, à Montauban. C’est un tort, puisque c’est au CABBG que le troisième ligne centre fit ses premiers pas, même s’il fut révélé ensuite à l’USM. "Après une première expérience à Bordeaux, je peux estimer avoir été formé à Montauban, où j’ai joué de 22 à 28 ans. C’est une période charnière dans la carrière d’un joueur. Là-bas, je suis passé du joueur inconnu à capitaine de l’équipe. " Indéniablement, son épopée montalbanaise a formé le leader qu’il a été, puis plus récemment le directeur sportif qu’il est devenu. Deux rôles où les responsabilités sont grandes, le travail primordial. "Nous étions le petit village contre le monde entier. Nous nous attachions à nos valeurs de "paysans". Pour rivaliser avec nos moyens, ce n’était pas facile. Il y avait une certaine mentalité. Nous devions être à 150 % tous les week-ends. J’y ai beaucoup appris, ça a forgé mon caractère."

Clarkin : "Faire un sans-faute à la maison n’est pas suffisant"

Sapiac, ça pique dit le dicton. L’ancien numéro huit le sait mieux que personne. "Est-ce que ça nous empêchera de gagner ? J’espère que non", sourit le Néo-Zélandais. Depuis deux ans, pourtant, son équipe s’y casse les dents, avec des revers d’un petit point (15-14 et 16-15). Plus globalement en difficulté loin d’Aguiléra sur ses dernières saisons, le BO doit franchir un cap et asseoir son autorité à l’extérieur, s’il veut vraiment jouer les premiers rôles. "Nous devons avoir la lucidité de comprendre que si tu veux être champion ou monter en Top 14, logiquement ça passe par des résultats à l’extérieur, annonce le boss du sportif. C’est bien beau de dire que tu veux faire un sans-faute à la maison, mais ce n’est pas suffisant. Dimanche, nous jouerons notre premier match à l’extérieur cette saison. Nous avons donc l’occasion de montrer nos ambitions…" Depuis qu’il a quitté Montauban, Matthew Clarkin s’est toujours incliné à Sapiac. Fin de série dimanche ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?