Le Racing envoie un message à l'ASMCA

  • Juan Imhoff (Racing 92) contre Montpellier
    Juan Imhoff (Racing 92) contre Montpellier Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

En passant quarante points à l'une des (supposées) grosses écuries du championnat, les Franciliens ont envoyé un signal fort aux Jaunards, avant le quart de finale de Champion's Cup...

Mercredi soir, soit deux jours avant que ne soit donné le coup d'envoi de cette rencontre entre le Racing 92 et Montpellier, un membre du squad francilien nous confiait au téléphone : « Je crains beaucoup ces Héraultais. Ils viennent d'être battus chez eux et auront, après ce match à Nanterre, une semaine sans coupe d'Europe : ils ont donc ciblé ce déplacement à l'Arena ». Que le MHR ait pu cibler son voyage à Nanterre, c'est une chose. Qu'il ait montré autre chose qu'une indiscipline indigne (21 pénalités), un jeu d'une pauvreté rare et une défense un brin naïve en est une autre . Les Racingmen, qui avaient donc rêvé ce match comme un galop d'essai avant le quart de finale de coupe d'Europe à Clermont, auraient probablement mieux fait d'affronter leurs propres Espoirs, les Reichel de Suresnes ou les Tuniques Bleues de Clamart, allez savoir...

On a beau être excessif, un rien caricatural et un poil méchant avec les Montpelliérains, les coéquipiers de Teddy Iribaren regretteront de n'avoir rien à tirer d'une rencontre à sens unique que les Franciliens dominèrent au niveau des impacts, de la conquête directe, de l'animation et du jeu au sol ; surtout du jeu au sol, d'ailleurs, puisqu'à ce propos, Fabien Sanconnie, Virimi Vakatawa et Eddy Ben Arous, très à l'aise avec le nouveau règlement sur les rucks, poussèrent les visiteurs à un enchaînement de fautes assez balourd.

Dupichot à l'arrière à Clermont ?

En résumé ? Dans le jeu courant, les Racingmen ont prouvé que les prémisses aperçues la saison dernière n'étaient pas une chimère et, derrière un Russell magistral (sauf lorsque, trop facile, il saccageait une pénaltouche en première période...) et un Vakatawa des grands soirs, ont sorti ce match de reprise de la torpeur où il s'était parfois englué. Devant, la bonne nouvelle provient de la performance de George-Henri Colombe à droite de la mêlée francilienne, au poste qui soulève le plus d'interrogations dans les Hauts de Seine. Colombe, grand espoir du poste, peut-il donc faire oublier que Ben Tameifuna tint si longtemps la baraque en mêlée fermée ? Avant d'affronter la grosse mêlée auvergnate (Slimani, Falgoux...), ce serait une belle idée...

Enfin, il va désormais falloir à Mike Prendergast, l'architecte de l'attaque, trouver un remplaçant à son titulaire à l'arrière, Kurtley Beale ayant reçu vendredi soir un carton rouge pour plaquage dangereux. A Clermont, la solution la plus naturelle pourrait être de replacer Louis Dupichot ou la recrue Donovan Taofifenua à un poste qu'ils connaissent bien. L'autre, plus risquée, serait de relancer Simon Zebo alors qu'il revient à peine d'une blessure au pied et ne compte pas le moindre match dans les pattes. Faîtes vos jeux...

Voir les commentaires
Réagir