Le CO tombe d’entrée

  • Florent Vanverberghe (Castres) contre le Stade français
    Florent Vanverberghe (Castres) contre le Stade français Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Encore trop indisciplinés et manquant cruellement de maîtrise en fin de match, les Castrais ont sombré pour leurs débuts à Pierre-Fabre.

Les Castrais l’avaient dit et répété pendant la semaine. Malgré une préparation tronquée, leurs adversaires du soir allaient leur opposer une féroce résistance. Ils ne se sont pas trompés, loin de là : « Nous savions que les Parisiens étaient bien préparés, et qu’ils avaient une très belle équipe », reconnaissait le capitaine Mathieu Babillot à l’issue de la rencontre. Ce qu’ils savaient moins en revanche, c’est que leur pire ennemi ne se trouvait pas en face d’eux… mais bien dans leur moitié de terrain. Malgré une belle entame, les Castrais n’ont jamais été en mesure de mettre leur adversaire à distance : « Nous avons été trop pénalisés en première mi-temps », pestait Babillot. 

Reggiardo : « Trop de fautes techniques »

Pas tant que cela, si l’on en croit le manager Mauricio Reggiardo : « Nous avons concédé six pénalités dans le premier acte. Le problème c’est que nous avons fait des fautes et rendu des points à chaque fois que l’on en marquait. » Difficile, dans ces conditions, de refroidir les ardeurs de 23 Parisiens remontés… En deuxième mi-temps en revanche, le compteur de pénalités sifflées contre les Castrais s’est littéralement envolé. Et à ceci, il faut ajouter une conquête qui s’est complètement délitée, notamment en touche : « Pour gagner un match de Top 14, il faut pouvoir s’appuyer sur une conquête qui permette de maîtriser les moments clé du match », rappelait le manager Reggiardo. Chose qui a cruellement manqué aux Castrais qui ont perdu des lancers incroyablement précieux, tous situés non loin de la ligne d’en-but parisienne. 

L’on pense notamment à cette touche courte mal négociée par Rory Kockott avec son talonneur Marc-Antoine Rallier alors que le CO tenait là l’occasion de repasser devant au score en toute fin de match : « En fin de match, on a commis trop de fautes techniques, on a manqué d’efficacité, d’efficience », rageait Reggiardo. « Bien sûr que notre conquête n’a pas été bonne. On ne va pas se trouver d’excuse. On va travailler, travailler et encore travailler. On peut s’en vouloir. » Et au vu de la mine déconfite du capitaine Mathieu Babillot, on se dit que ce sentiment doit être partagé par l’ensemble du groupe castrais.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir