Pour triompher, Grill doit cibler et séduire les indécis

  • Pour triompher, Grill doit cibler et séduire les indécis
    Pour triompher, Grill doit cibler et séduire les indécis / DR
Publié le / Mis à jour le

Le retard qu’accuse Florian Grill n’a toutefois rien de rédhibitoire. Alors que s’ouvre la dernière ligne droite de la campagne, l’actuel président de la Ligue Île-de-France sait qu’il devra convaincre les indécis pour renverser la table et arracher son élection.

Il y a longtemps que Florian Grill a intégré que, jusqu’au bout, il faudrait batailler pour séduire les indécis. C’est ici que se gagnera son élection, dans cette frange des votants qui se désintéresse pour l’instant des élections ou, a minima, en repousse la préoccupation. "Le 3 octobre, c’est tellement loin pour nous, confie une présidente sondée et qui s’est positionnée dans la case "ne se prononce pas". Nous avons l’organisation d’un match amical à finaliser ce week-end, puis notre premier match de championnat. La reprise est suffisamment compliquée, on nous demande beaucoup de choses sans nous en donner les moyens. L’élection, aujourd’hui, c’est loin d’être notre priorité." C’est ici que l’enjeu sera important pour le challenger. Qui ne s’y est pas trompé, en densifiant son dernier mois façon "sprint", avec des meetings quasi quotidiens. "Ce sont aussi les retours que nous avons du terrain, adoube Jean-Marc Lhermet, bras droit de Florian Grill. Il y a des messages qui nous arrivent, pour ou contre notre projet. Mais il y a aussi beaucoup d’incertitudes, de gens qui disent ne pas avoir encore arrêté leur choix. On sait que l’élection se jouera jusqu’au dernier jour, qu’il ne faudra rien lâcher, sur le terrain."

"On devrait peut-être voter Covid ?"

Ne rien lâcher et surveiller la reprise. Ce week-end, plus d’une centaine de clubs ont vu leur match de rentrée reporté, pour les seules divisions fédérales (et Nationale). Ceux qui ont joué l’ont fait selon un protocole Covid-19 diablement austère. Un contexte qui pourrait jouer un rôle dans l’élection. "Pas encore pris de décision entre la continuité et le changement. Pour l’instant, on se focalise sur la reprise des championnats et c’est très compliqué à mettre en place. Les protocoles sanitaires qui nous sont imposés sont très lourds. On verra si ça se passe bien. Si ce n’est pas le cas, ça pourrait influer sur notre choix" dit encore un président. Un autre ironise : "L’un ou l’autre, pour les petits clubs, c’est la même : notre préoccupation, c’est le Covid. D’ailleurs, on devrait peut-être voter Covid ?" Une manière de dire, aussi, que l’enjeu de la reprise se situe d’abord sur le front sanitaire. Et celui des élections en suivant, trois semaines plus tard. Une élection pour laquelle tout le camp Grill continue d’affirmer sa confiance, en s’appuyant sur les retours de ses équipes sur le terrain. "Pour dire les choses complètement, ce n’est pas tant que nous pensons gagner. C’est que nous sommes sûrs de gagner !" Le vote du 3 octobre livrera son verdict.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir