Une indiscipline à vite réguler

  • Une indiscipline à vite réguler
    Une indiscipline à vite réguler Midi Olympique
Publié le

Le nombre de pénalités sifflées a nettement chuté lors de cette 2e journée. Les nouvelles règles commencent à être assimilées. Tant mieux pour le spectacle.

Pour le plaisir des acteurs et spectateurs, cette 2e journée a vu le nombre de pénalités chuter significativement. Lors du premier acte, la moyenne record de 32,3 coups de sifflet par match avait été atteinte, du fait de l’instauration des nouvelles règles au niveau de la zone plaqueur-plaqué. Une semaine après, les joueurs ont semble-t-il retenu la leçon et adopté des attitudes plus conformes aux attentes des directeurs de jeu. Avant les deux rencontres de dimanche soir, 26,4 pénalités avaient été enregistrées par rencontre : 25 à Pau, 26 à La Défense, 29 à Toulouse, 27 à Bordeaux et 25 à Bayonne. Le Racing 92, avec seulement huit fautes, avait montré l’exemple en ouverture. Les cartons, aussi, sont devenus plus rares.

20,6 pénalités en moyenne l’an passé

Jérôme Garcès se félicite de la meilleure tenue des débats : "Il y a un gros changement dans l’attitude des joueurs, déjà. En Nouvelle-Zélande, on avait constaté que les équipes avaient mis deux matchs à se réguler et s’adapter aux nouvelles règles. C’est aussi ce qu’il se passe chez nous. Pour l’instant, les gratteurs gagnent encore souvent la bataille sur les soutiens offensifs mais il y a du progrès. Les soutiens restent mieux debout, arrivent plus vite. Tout cela se met en place." Loin des standards de la saison passée (20,6), les joueurs de Top 14 se rapprochent des chiffres de leurs homologues anglo-saxons (24,3 pénalités en Pro 14, 23 en Premiership). Les mentalités évoluent, plus ou moins contraintes. Devant la presse, Baptiste Serin se montrait ainsi réservé au sujet de cette évolution : "C’est particulier, ça favorise les défenses, on ne peut pas dire que ça aide le jeu. Avec cette nouvelle règle, j’ai tout de même gratté deux ballons à La Rochelle alors que je n’en avais jamais gratté un de toute ma carrière. C’est pour vous dire ! Quoi qu’il en soit, nous travaillons sur cet aspect." Samedi, Thomas Ramos résumait la pensée de tous : "Ça siffle très vite. Il faut faire les efforts en conséquence. Les soutiens se doivent d’être plus proches si nous voulons avoir des ballons propres." Le but restant de fluidifier le jeu à terme. Il reste encore du chemin avant d’atteindre cet objectif : "On constate une augmentation des pénalités offensives, évoque Jérôme Garcès. C’est toujours embêtant de sanctionner d’un carton une équipe qui attaque… Mais il y a aussi une augmentation des cartons proches des lignes de marque, c’est une consigne de ma part." Que personne ne désavouera.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent Bissonnet avec Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?