Jalibert : « Un arbitrage très différent »

  • Matthieu JALIBERT of Union Bordeaux Begles during the Quarter-Final Challenge Cup match between Bordeaux and Edinburgh at Stade Chaban-Delmas on September 19, 2020 in Bordeaux, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Stade Chaban-Delmas - Bordeaux (France)
    Matthieu JALIBERT of Union Bordeaux Begles during the Quarter-Final Challenge Cup match between Bordeaux and Edinburgh at Stade Chaban-Delmas on September 19, 2020 in Bordeaux, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Stade Chaban-Delmas - Bordeaux (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Auteur d'une passe décisive et de dix points au pied, Jalibert dévoile ses impressions d'après-match.

Quelle est votre première sensation après cette victoire ?

Je suis très content bien sûr. Ce qui prime, c’est la satisfaction d’amener le club en demie. évidemment. On savait que les joueurs d’Édimbourg seraient plus préparés que nous physiquement, car ils ont joué davantage de matchs depuis la reprise. Mais on a réussi une grosse entame de match, on a su les prendre à la gorge, puis on a baissé de pied c’est vrai. Et cette équipe très anglo-saxonne dans sa façon de ne rien lâcher, a su revenir. On avait pris le large, mais au final, on se rend compte qu’il n’y avait pas tant de différence que ça. Je le reconnais, on s’est fait un peu peur sur la fin, mais ça a révélé le caractère de l’équipe.

La grosse différence entre les deux équipes était donc surtout d’ordre physique…

Oui, je le pense. Notre première demi-heure fut de très haut niveau, aussi bien chez eux que chez nous d’ailleurs. Ensuite, nous avons clairement baissé de régime au fur et à mesure du match, ça s’est vu. Les fautes que nous avons faites, on ne les fait pas quand nous sommes lucides ou quand nous nous sentons bien physiquement.

Pouvez-vous nous raconter l’essai que vous offrez à votre centre Jean-Baptiste Dubié ?

Oui, de mémoire, la mêlée avance, on a un avantage, il y a un premier temps de jeu. J’appelle vite le ballon, et le centre adverse ne monte pas sur moi. Après on a un "deux contre un" avec Jean-Baptiste. Je passe les bras et il arrive à hauteur dans le bon timing.

Le score à la mi-temps reflétait-il votre domination ?

Je pense qu’on aurait pu marquer un ou deux essais de plus en première mi-temps, comme contre Brive en championnat, mais il nous marque encore ce dernier geste, cette lucidité dans la zone de marque. Sur les renvois aussi, on relance trop l’adversaire par des petites fautes, des en avants ou des scories. Quand on a une telle emprise sur une équipe, il faut l’enfoncer.

Avez-vous senti une différence entre l’arbitrage européen et l’arbitrage français ?

Oui, une énorme différence. J’ai l’impression qu’en championnat, les arbitres sifflent plus rapidement. Cet après-midi, le directeur de jeu a laissé plus de temps à l’attaque pour récupérer le ballon.

Ça fait partie du jeu. C’est à nous, joueurs, de nous adapter, et de trouver les meilleures attitudes et les meilleures positions pour aller dans le sens de l’arbitre.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?