Aurillac joueur et pragmatique crée la surprise à Sapiac

  • Thomas Salles arrière d'Aurillac
    Thomas Salles arrière d'Aurillac Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Quelle partie d’Aurillac ! Les Cantaliens ont créé la sensation en l’emportant sur la pelouse de Sapiac 20-11, tenant le ballon et scorant à la moindre opportunité. Montauban a été beaucoup trop approximatif.
 

Aurillac l’a eu au mérite. Tous les ingrédients étaient là pour qu’ils puissent remporter la rencontre. Du jeu, du pragmatisme, et une grosse défense leur ont permis d’arracher la victoire 20 à 11.

Les Montalbanais peuvent avoir des regrets. Les 20 premières minutes étaient pourtant à leur avantage. En tenant le ballon sur la moitié de terrain cantalienne, ils auraient pu dominer dès le départ. Seulement, ils ont été beaucoup trop approximatifs. Et ce durant toute la partie. La faute à de multiples déchets, ou avec les pénalités loupées au pied par Jérôme Bosviel. Aurillac ne se fait pas prier alors pour ouvrir le score à la 23e grâce à la botte de leur ouvreur Thomas Vincent.

Le vent dans le dos en première période favorisait les coups de pied de l’Aurillacois de 21 ans. Que ce soit face au poteaux (où il a même échoué de peu sur une pénalité de 56 mètres en cognant la perche) mais aussi pour dégager son camp. Et pourtant, ils auraient pu en profiter davantage, mais Aurillac a voulu jouer. L’entraîneur Mathieu Lescure confirme « Je dirais qu’en proposant du jeu on a su provoquer ce petit brin de chance. ». La preuve avec l’essai qui permet à Aurillac de tuer le match à la 77e.

Une superbe action qui part des 22m avec une belle percée de Jimmy Yobo le long de la ligne de touche, il passe intérieur à son centre Gauthier, qui remet à Vincent. Le jeune Alania relaie derrière et aplati pour son premier match en pro. Derrière, Montauban cherchait à recoller. Mais leur attaque en manque d’inspiration a buté sur une défense de fer d’Aurillac qui hésitait pas à chasser les premiers attaquants.

Vincent actif, Bosviel passe à côté.

Au-delà de ses points au pied, Thomas Vincent (qui jouait à l’ouverture avec le numéro 15 pour problème de taille) a souvent cherché des solutions. Juste dans les choix avec des passes au cordeau, et souvent à la relance, il a animé la ligne des trois-quarts avec dynamisme. Le jeune ouvreur est passé du rugby à 13 au XV, car il était en manque de jeu au pied. Et il ne s’est pas privé non plus pour l’utiliser aux moments opportuns.

Ce jeu au pied a permis à Aurillac de se rendre dans la moitié de terrain montalbanaise pour concrétiser. Et selon leur ouvreur, c’était la stratégie « On a été pragmatique et par rapport à Montauban on a su scorer dès qu’il le fallait. Je pense que c’est ce qui nous a mis en confiance ». En face, l’arrière Jérôme Bosviel a totalement loupé sa partie, ratant neuf points au pied précieux et coupable de nombreuses maladresses. Mais il a surtout gâché une occasion d’essai en gardant le ballon, alors qu’un 3 contre 1 se profilait pour son équipe. À défaut d’avoir des arrières en pleine confiance, Montauban s’est appuyé sur son pack en gagnant six pénalités sur mêlées. Mais face à l’audace cantalienne, le jeu frontal n’a pas suffi. Après une défaite à domicile, Aurillac se redonne de la confiance.

Geoffroy Jacqueson
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?