Jack Nowell - Cheslin Kolbe : p’tits puncheurs, grands dangers

  • Jack Nowell - Cheslin Kolbe : p’tits puncheurs, grands dangers
    Jack Nowell - Cheslin Kolbe : p’tits puncheurs, grands dangers Midi Olympique
Publié le

De Toulouse à Exeter, un même frisson a parcouru les téléspectateurs, dimanche dernier. Au stade Ernest-Wallon, Cheslin Kolbe a inscrit deux foudroyants essais en bout de ligne, agrémentés de deux franchissements et de cinq défenseurs battus. à Sandy Park, quelques heures plus tard, Jack Nowell a signé une réalisation en solitaire au centre du terrain, en partant des quarante mètres pour un total de sept opposants vaincus balle en main.

Le duel à distance de ces ailiers droit, petits formats et membres de la génération 93, attise l’impatience de Julien Candelon : « Ce sera une confrontation de facteurs X. Ce sont des puncheurs capables de changer le cours d’une rencontre. » L’ancien ailier international devenu commentateur pour beIN Sports, n’en finit plus d’être épaté par le Bok : « Je n’ai pas souvenir d’un mec aussi fort. Peut-être Jason Robinson. Gio Aplon avait aussi une sacrée capacité d’appuis mais pas à ce point. Kolbe a une palette incroyable, on ne lui voit pas de défauts. » Du côté d’Exeter, les têtes pensantes ont dû passer des heures à plancher sur la manière de contenir le Toulousain : « Individuellement, il est très dur à défendre avec ses appuis secs et son explosivité. Même si les défenseurs se doutent qu’il va tenter son crochet intérieur, tu ne peux pas l’anticiper. Il a une attitude qui laisse planer le doute. Si tu défends l’intérieur, il va déborder par l’extérieur à coup sûr avec sa vitesse. »

Quid d’un plan anti-Kolbe ?

La solution, si elle existe, passe par une organisation collective sans faille : « Au-delà de ses qualités pures, Kolbe profite de la capacité du Stade à le servir dans des conditions où son potentiel s’exprime pleinement. Face à l’Ulster, sur le premier essai, Stockdale arrive sur lui en accélérant et est pris à contre-pied. Sur le deuxième, il est battu et, s’il a un joueur à ses côtés, c’est le pilier Mc Grath. Pour espérer le stopper, il faut que la défense ne soit pas en retard et qu’il y ait au moins deux trois-quarts qui soient proches et montent en ailes d’avion. Il n’y a pas le choix. En un contre un, il gagne 99 % du temps. Il est tellement fort au démarrage et costaud du haut. Le problème, dans le fond, est qu’il y a tant de menaces à Toulouse qu’on ne peut pas se contenter d’un plan anti-Kolbe. Le danger peut venir des charges des avants, des courses de Huget, des centres… C’est cette qualité collective qui crée les décalages en sa faveur. »

L’électrique Sud-Africain pourrait ne pas être le seul à produire des étincelles : Jack Nowell aussi possède des atouts de taille. « Nowell a peut-être une palette moins large, il est un peu plus lourd mais il n’en est pas moins très dangereux. Il est tout de même explosif, est très fort sur le haut du corps et a un gros raffut. Il a une bonne technique et amène de l’incertitude de par sa gestuelle. Il est donc particulièrement dur à attraper. Il n’y a qu’à voir son essai face à Northampton : on a l’impression qu’il ne va pas très vite mais personne ne peut le stopper. Il avait baissé un peu de niveau à un moment mais il semble bien revenir. » Dans tous les cas, les deux ailiers tenteront tout pour forcer le destin de leur équipe : « Ce sont deux joueurs très actifs qui aiment se proposer aux quatre coins du terrain. La différence pourrait bien venir d’eux samedi. »

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?