Les Bordelais portés par la vague…

  • Nans DUCUING of Union Bordeaux Begles and Jamie RITCHIE of Edinburgh during the Quarter-Final Challenge Cup match between Bordeaux and Edinburgh at Stade Chaban-Delmas on September 19, 2020 in Bordeaux, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Nans DUCUING - Jamie RITCHIE - Stade Chaban-Delmas - Bordeaux (France)
    Nans DUCUING of Union Bordeaux Begles and Jamie RITCHIE of Edinburgh during the Quarter-Final Challenge Cup match between Bordeaux and Edinburgh at Stade Chaban-Delmas on September 19, 2020 in Bordeaux, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Nans DUCUING - Jamie RITCHIE - Stade Chaban-Delmas - Bordeaux (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Voilà l’UBB pour la première fois dans un dernier carré européen, mais à l’extérieur, face à un nouveau cador du championnat anglais. La pente est raide mais les Girondins ont du jarret.

C’est évidemment une marche supplémentaire qui se présente aux Bordelais, toujours portés par la vague de 2019-2020 : une demi-finale de challenge européen, un deuxième match de phase finale dans l’histoire du club, mais à l’extérieur cette fois. Et face à Bristol, considéré comme la force montante du championnat anglais. Une équipe assez puissante et sûre d’elle-même pour viser le titre de champion d’Angleterre le 24 octobre. L’UBB l’aura dur face à cette équipe capable de marquer 56 points en quart de finale, certes face à un adversaire plutôt modeste. Mais quand même, il s’agit d’une équipe ultra-équipée avec Semi Radradra au centre évidemment mais aussi Piutau à l’arrière, ancien All Black aux 17 sélections, Kyle Sinckler comme pilier droit mais aussi Ben Earl en troisième ligne. Un gars prêté par les Saracens, pas encore très connu, mais déjà international et très impressionnant face aux Dragons.

Christophe Urios a rattrapé son retard, en planchant tout son début de semaine sur cette armada. Pour lui, la tâche n’était pas facile car si l’UBB avait perdu face à Édimbourg, elle aurait dû affronter… le Stade français en match en retard de la 1re journée de Top 14. Il restait prudent dans ses analyses : « C’est une grande équipe, elle aura un jour de plus de récupération que nous. S’ils sont confortables dans les formes de jeu, ils seront difficiles à battre. Le cas échéant, on pourra les inquiéter. Je rappelle qu’en 2018, avec Castres, nous avions battu Montpellier qui avait passé quarante points en demi-finale à Lyon. »

Un duel Poirot-Sinckler alléchant

Il avait quand même une vague idée de l’opposition qui lui sera proposée : une équipe qui peut-être irrésistible quand elle « enchaîne » avec une ligne arrières au talent « quatre étoiles ». Les joueurs de l’UBB ont vu le match Bristol - Dragons à la télévision avant d’affronter Édimbourg. Jefferson Poirot l’a dit : « Ils ont fait un bon match, évidemment. Mais ils ont surtout dominé les vingt dernières minutes et là, ils ont marqué beaucoup de points. Ce que je retiens ? Leurs individualités, bien sûr. Ils vont vite, ils aiment jouer leurs duels. Ils ont été contrés en début de rencontre par les Dragons, ils jetaient alors les ballons un peu n’importe où. Mais dès qu’ils trouvent l’avancée, ils sont redoutables. Ce sera un test immense pour nous et un beau combat. Pour moi, il y en aura un singulier avec Kyle Sinckler. Je le connais très bien. Je l’ai affronté pas mal de fois avec l’Angleterre et il faudra faire en sorte qu’il ne brille pas trop. »

Les Bordelais joueront évidemment dans un stade à l’ambiance confidentielle, a priori une bonne nouvelle pour eux si l’adversaire est si fort. Même si le poids réel de l’avantage du terrain reste toujours un mystère. On n’oubliera pas que le dernier déplacement des Bordelais date du 22 février et qu’ils s’étaient imposés à... Clermont (31-22).

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?