Cet opportunisme qui leur sied bien

  • Thomas Girard a inscrit un essai lors de la victoire de Colomiers contre Mont-de-Marsan
    Thomas Girard a inscrit un essai lors de la victoire de Colomiers contre Mont-de-Marsan Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dans des conditions de jeu exécrables, les haut-garonnais ont franchi l’obstacle landais grâce à un opportunisme bienvenu et en s’appuyant sur une conquête à réaction. La discipline était cette fois-ci de leur côté !

C’est ce qu’on appelle se sortir d’un beau guêpier, d’une belle épine dans le pied… ou plutôt savoir dompter les éléments. À la question de savoir qui des Columérins ou des Montois allaient le mieux maîtriser les trombes d’eaux qui s’abattaient sur Michel-Bendichou et sauraient utiliser les fortes rafales de vent, ce sont les premiers cités qui ont su le mieux tirer leur épingle du jeu. Même si tout ne fut pas parfait loin de là, comme le concédait Julien Sarraute après-coup : "Seule la victoire est belle. Nous ne sommes pas dupes, cela n’a pas été un match brillant, maîtrisé. Il y a eu pas mal de petites scories. Mais c’est un match gagné et c’est ce qu’on en retient."

Gêné en conquête durant le premier acte, trimballé par le jeu au pied de déplacement de la charnière Coly - Laousse-Azpiazu et contrariés dans les airs et sous les ballons hauts, avec un déchet important également sur les renvois, et quelques en-avant malencontreux, Colomiers s’en est remis à ses "gros" pour forcer le verrou montois et se dépêtrer d’une pression qui aurait pu lui jouer des bien mauvais tours.

L’apport décisif du banc

"Nous avons été plutôt efficaces sur les mêlées et les ballons portés notamment lors du dernier quart d’heure avec un banc des remplaçants qui nous permet de basculer du bon côté comme à Aurillac. J’aurais bien sûr aimé un coup d’éclair sur du mouvement pour retrouver l’esprit columérin. Mais il faut continuer, garder confiance. Sur notre essai casquette, ou plutôt opportuniste, c’est aussi à nous de provoquer la chance. Elle n’arrive pas par hasard mais parce que nous y mettons de l’enthousiasme, des intentions", commentait l’entraîneur principal. Une fois n’est pas coutume, Edoardo Gori et sa bande ont aussi su se montrer disciplinés, en tout cas bien plus que leurs adversaires. Ce qui faisait sourire le Transalpin, conscient que cela faisait un petit moment que Colomiers n’avait plus connu une feuille de match vierge de tout carton reçu. "Le dernier match sans remonte à très longtemps", lâchait à ses côtés un Julien Sarraute, soulagé. Il faut remonter en effet au 10 novembre 2019 et un succès face à Carcassonne pour trouver trace d’un tel "exploit".

Du côté des vaincus, Julien Tastet ne cachait pas sa frustration malgré un bonus défensif porteur d’espoirs pour la suite : "Malgré l’état d’esprit positif, nous n’avons pas été assez constants tout au long des quatre-vingts minutes et nous n’avons pas été précis en conquête, notamment sur leurs ballons portés où nous avons inventé des choses… À partir de là, on ne pouvait rien attendre de mieux."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Enzo Diaz
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?