Une victoire cadeau pour le BO !

  • Malgré un match difficile, le BO s'impose assez logiquement contre une équipe de Rouen en manque de match.
    Malgré un match difficile, le BO s'impose assez logiquement contre une équipe de Rouen en manque de match. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Malgré les échecs de leur buteur et leurs nombreux cartons, les Biarrots se sont baladés contre une équipe qui manquait trop de rythme.

Depuis quand Gilles Bosch, bientôt mille deux cents points à son actif en Pro D2, n’avait pas dépassé la barre des cinquante pour cent de réussite face aux perches ? L’intéressé lui-même ne le savait pas, pas plus que Nicolas Nadau ne se souvenait d’avoir un jour remporté un match à l’extérieur dans ces conditions. Quatre cartons jaunes reçus, deux infériorités numériques de cinq minutes à treize contre quinze, le meilleur buteur de la compétition qui bégaye, et à la fin, malgré toutes les difficultés et ces erreurs commises, ce voyage à Rouen tourne à la ballade de santé ! Face à des adversaires bien naïfs et bien trop en retrait pour leur première à domicile, ces Biarrots n’ont jamais été inquiétés, et sans jamais produire une étincelle, sont parvenus à provoquer ce premier succès hors de leur base sans y appliquer les deux commandements français du match disputé à l’extérieur, la discipline et l’efficacité leur faisant défaut. En hexagone, ce succès a valeur de miracle. Nicolas Nadau y a vu plutôt l’expression d’une rigueur collective récompensée.

"Tout le monde fait pareil"

"Nous nous étions oubliés collectivement à Montauban, et nous voulions nous rattraper, a raconté l’entraîneur principal à l’issue de la partie. À Rouen, notre stratégie a été appliquée par tous de bout en bout de la rencontre. Cette rigueur nous a réussi." En fait de stratégie, les joueurs de Biarritz avaient opté pour la bonne vieille méthode de la simplification à outrance des propositions de jeu. Gilles Bosch s’est montré très à son aise dans la décision d’occuper le terrain au pied de façon permanente. Ses chandelles précises ont provoqué de la tension sous chacune des réceptions, et ses coups de pied de déplacement ont fait merveille dans le troisième rideau rouennais. Et c’est vrai, que relativement propres dans tous les secteurs de jeu et assez oppressants sur l’homme, les Biarrots ont paru se déplacer sur le pré comme un seul homme. Leur véritable main mise sur la partie, ils l’ont développé à l’étouffement des tentatives de jeu rouennaises, trop maladroites et vaines pour se défaire de leur étreinte. Et de pénalité provoquée en pénalité provoquée, ils se sont installés de façon très confortable dans la rencontre. "De toute façon, dès que nous avons voulu nous faire trois passes, nous nous mettions en difficulté, a admis Nicolas Nadau. Nous ne sommes pas les seuls. Le rugby a changé ses règles sur les rucks pour que le jeu se développe, mais la zone est devenue tellement à risque, qu’il est parfois beaucoup moins dangereux de se cantonner à quelque chose de plus simple. Il me semble, au vu des rencontres, que tout le monde a fait plus ou moins ce même constat."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?