Dragons catalans : réagir n’est pas gagner

  • Les Catalans de Tom Davies auront resisté une mi-temps chez le leader de la Super League. Mais Warrington, et son demi de mêlée Gareth Widdop, ont fini plus fort.
    Les Catalans de Tom Davies auront resisté une mi-temps chez le leader de la Super League. Mais Warrington, et son demi de mêlée Gareth Widdop, ont fini plus fort. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Battus à Warrington, les Dragons ont réagi en équipe, rivalisant avec un gros bras de la compétition. Mais la réaction doit très vite se transformer en victoire. Le temps pressse.

Les Dragons catalans vivent une saison bien particulière. Passons la pandémie et l’arrêt de la compétition pendant quatre mois, les quatorze jours de quarantaine après l’apparition de quatre cas positifs à la covid-19 et les difficultés pour rallier l’Angleterre. Vendredi, les Catalans ont dû appréhender un nouveau contretemps. « L’avion privé qui devait nous emmener à Liverpool n’a pas réussi à se poser à Perpignan à cause de la Tramontane. Nous avons demandé s’il pouvait se poser à Toulouse et nous avons sauté dans nos voitures pour rejoindre la Ville rose. Le vol a été plus long que prévu par rapport au vent et nous sommes arrivés au stade, une petite heure avant le coup d’envoi », a résumé coach Steve McNamara quand son troisième ligne Benjamin Garcia ajoutait : « Nous avons réussi à nous strapper dans le bus et nous n’avions pas de vestiaires à l’arrivée. Nous nous sommes changés sur des chaises posées dans une salle sous la tribune. »

Trois « Finales » en neuf jours

Des conditions pas optimales et pourtant, elles n’ont pas empêché les Dragons de rivaliser avec l’équipe en forme du moment. Warrington, invaincu depuis le 28 février, partageait les points à la pause avec les Dracs (12-12). « Et encore, on doit être devant à la mi-temps si on ne prend pas ce contre », pestait à juste titre le capitaine Rémi Casty. Une semaine après leur élimination en quart de finale de la Cup, les Sang et Or ont réagi, mettant enfin une bonne dose d’agressivité, une énergie retrouvée et de l’enthousiasme à bien faire les choses. Sauf que ça n’a pas encore été suffisant. « On prend des essais évitables mais il a manqué le petit geste, celui qui sauve l’erreur du coéquipier. Nous pouvions le faire mais ce n’est pas grave, on peut encore nous qualifier et les deux rendez-vous qui arrivent seront déterminants pour une place en demi-finale », conclut le pilier Rémi Casty.

Quasiment au complet (forfaits de David Mead et Julian Bousquet), la formation catalane a enchaîné une troisième défaite, préservant tout de même sa cinquième place, juste derrière Leeds, son prochain adversaire. Les Dragons ont entamé vendredi dernier à Warrington un véritable marathon. Mercredi, l’équipe a rendez-vous à Leeds (4e) pour une rencontre aux allures de quart de finale. Quatre jours plus tard (dimanche 4 octobre), c’est à Perpignan (15 heures), que les Dracs accueilleront les Anglais de Wakefield, puis ceux de Hull KR, le vendredi 9.

Avec trois matchs en neuf jours, la profondeur de l’effectif sera une arme indispensable et les meilleurs managers arriveront au bout cette saison.

Bruno Onteniente
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?