Dumoulin : « J’ai tout pour faire une bonne saison »

  • Alexandre Dumoulin sous ses anciennes couleurs, celles de Montpellier.
    Alexandre Dumoulin sous ses anciennes couleurs, celles de Montpellier. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Arrivé blessé à la Section paloise, le trois-quarts centre international Alexandre Dumoulin a profité de la longue période sans compétition pour régénérer son corps et se préparer à cette nouvelle saison.

Après deux week-ends sans matchs, ce déplacement à Brive peut-il être considéré comme un match de reprise ?

Ce n’est pas une reprise car nous n’avions qu’une seule semaine sans entraînement, et nous avons repris la semaine dernière doucement pour préparer au mieux ce match à Brive où on s’attend à une opposition très forte.

Un match à Brive qui doit être particulier pour la Section qui s’était inclinée là-bas la saison dernière au terme d’une fin de match complètement folle ?

C’est certain. L’an passé, nous avions fait un match parfait jusqu’à un quart d’heure de la fin. On s’est écroulé. On ne se couche pas sur deux ballons et nous avions été punis. Au final, Brive avait remporté ce match et cela nous avait fait beaucoup de mal. Si la saison était allée à son terme cela aurait pu coûter très cher. Mais c’est une nouvelle saison maintenant et on va aborder le match de la même manière que l’an passé avec l’espoir de rivaliser et pourquoi pas l’emporter.

La Section a remporté ces deux premiers matchs. La confiance est-elle revenue ?

Ces victoires donnent de la confiance. On travaille bien, on se prépare de la meilleure manière et on aborde bien les matchs. Je crois qu’il n’y a pas de hasard. Même si nous avons eu des faits de jeu en notre faveur, nous avons réussi à remporter ces deux matchs. C’est un super début mais on sait que tout peut basculer si on enchaîne des performances moyennes lors des deux ou trois prochains matchs. C’est à nous d’être sérieux et continuer d’être hyper exigeants pour rester dans cette dynamique positive.

Vous avez débuté les deux premiers matchs sur le banc des remplaçants. Comment l’avez-vous vécu ?

Je l’ai bien vécu. A chaque fois que l’on a fait appel aux remplaçants, nous avons essayé d’apporter pas mal d’énergie pour bien finir les matchs. Cela a été positif sur les statistiques des entrées des mecs et les rencontres ont basculé en notre faveur en deuxième mi-temps. C’est un gros point positif. Maintenant, je vais attaquer ce match à Brive, a moi d’être performant et d’apporter quelque chose à l’équipe.

Vous n’avez plus été titulaire depuis début janvier en Top 14 et vous n’avez connu que six titularisations. Pensiez-vous que ça serait aussi difficile pour revenir après votre blessure au tendon d’Achille ?

Je savais que ça prendrait du temps après une aussi longue période sans jouer. Je suis arrivé à la Section en étant blessé et je n’ai pas pu faire la préparation estivale la saison dernière. Quand on revient sans avoir pu engranger beaucoup de certitudes physiques avant d’être remis dans le bain de la compétition ce n’est jamais évident. Il a fallu faire le dos rond, s’entraîner, reprendre de la confiance. Il fallait essayer de se préparer physiquement au mieux puis le confinement est arrivé. Personnellement, c’était une période bénéfique car cela m’a permis de reposer un peu plus le talon d’Achille et ensuite de faire un travail de fond pendant la période où nous n’avons pas pu jouer. Cela m’a permis de revenir pour faire une préparation physique complète et sans aucun pépin. Cela a été un gros plus. Je l’ai ressenti sur les premiers matchs. Physiquement, ça n’a rien à voir. J’ai plus de rythme, je suis moins fatigué et cela se ressent dans mon rugby aussi.

Étiez-vous frustré ?

Quand un sportif arrête longtemps, il a moins de repères et moins de confiance. A partir de là, tu prends moins de risques, tu tentes moins de choses et surtout tu sens que tu n’as pas le physique pour faire autre chose. Tu restes sur des choses simples, basiques alors qu’il est normal que l’on attende plus de toi. Mais en raison du manque de préparation, tu ne peux pas et c’est là que ça devient vraiment frustrant. Maintenant, je sens que je suis passé à autre chose. La blessure et cette phase de reprise sont derrière moi. Je suis à fond : je suis bien physiquement et je suis bien mentalement. J’ai tout pour faire une bonne saison.

On sent une montée en puissance de votre part lors des deux premières journées et avec cette première titularisation...

Je n’oublie pas les matchs amicaux ! Même s’ils ne sont pas importants au niveau du résultat, ils m’ont permis de bien me retrouver sur la défense et au niveau des impacts. Ils m’ont été bénéfiques sur le plan individuel mais je pense aussi au niveau de toute l’équipe.

Sentez-vous une attente particulière, notamment en raison de votre statut d’international et d’avoir évolué dans des clubs qui jouaient le titre ?

Pas plus qu’ailleurs. A chaque sortie, il est normal d’attendre d’un joueur qu’il soit bon, qu’il apporte à l’équipe. Je n’ai pas de pression particulière par rapport à ça. Je me sens libéré quand je joue. Je me prépare bien et j’essaie de donner mon maximum quand je suis sur le terrain et j’essaie aussi d’apporter mon expérience aux plus jeunes.  

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?