Laporte réélu, Galthié et Atcher ont de nouveau leur horizon dégagé

  • Fabien Galthié avec le XV de France
    Fabien Galthié avec le XV de France Icon Sport
Publié le

Alors qu'ils avaient placé leur mission dans la balance des élections, le sélectionneur et le directeur de France 2023 ont pu accueillir avec soulagement la réélection de Bernard Laporte à la tête de la FFR.

Aucun des deux n’avait clairement mis son destin dans la balance de la réélection de Bennard Laporte. Pensant chaque mot, Fabien Galthié et Claude Atcher avaient tout de même mis leur avenir à leur poste en suspens. « Si la relation, la confiance et l’indépendance dans le pilotage de l’événement — avec des méthodologies de travail extrêmement techniques et professionnelles — devaient être remises en cause, je prendrais mes responsabilités » pour le directeur général de France 2023.

Le sélectionneur allait plus loin: « « La question ne se pose pas aujourd’hui, elle pourrait se poser après les élections. Je réfléchirai à celle-ci le moment venu ». Hors micro, Galthié affirmait même qu’il ne s’agissait pas là de paroles en l’air et que, effectivement, il pourrait bien quitter son si Bernard Laporte était battu, ce samedi.

Et donc ? Bernard Laporte a gagné et sera en fonction pour les quatre prochaines années, avec les pleins pouvoirs. L’horizon s’est soudain débouché, pour Fabien Galthié et Claude Atcher.

Maintenant, quid des tests ?

Les deux hommes vont désormais pouvoir se tourner vers la suite. Avec des dossiers chauds à gérer, toutefois. Pour Claude Atcher, la promotion de son événement se poursuit, avec le train #France2023 qui sillonne les gares de France. Mais aussi le dossier toujours en cours au PNF (parquet national financier) pour lequel il a fait partie des cinq personnes gardées à vue.

Pour Fabien Galthié, il s’agit désormais de préparer les tests-matchs d’automne. Les inconnues sont nombreuses: pour l’heure, le sélectionneur ne sait pas de combien de joueurs il disposera pour préparer les matchs, entre les 42 qu’il réclame et les 31 que lui octroie la convention. Il ne sait même pas s’il jouera réellement six matchs, quand ce calendrier est contesté en justice par la LNR. Et tout cela sans évoquer la menace du Covid-19…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?