Le Racing 92 sous cloche

  • Illustration during the Top 14 match between Racing 92 and Montpellier on September 11, 2020 in Nanterre, France. (Photo by Sandra Ruhaut/Icon Sport) - --- - Paris La Defense Arena - Paris (France)
    Illustration during the Top 14 match between Racing 92 and Montpellier on September 11, 2020 in Nanterre, France. (Photo by Sandra Ruhaut/Icon Sport) - --- - Paris La Defense Arena - Paris (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La semaine dernière, nous vous annoncions que le Racing 92 comptait dans ses rangs neuf cas de joueurs positifs au Covid-19 (dont l’ailier argentin Juan Imhoff, son épouse Natacha l’ayant officialisé sur son compte Instagram en début de semaine), une épidémie entraînant logiquement le report du dernier déplacement des Ciel et Blanc à La Rochelle, prévu le samedi 26 septembre au stade Marcel-Deflandre. Dans la foulée, les dirigeants franciliens avaient fermé les portes du centre d’entraînement du Plessis-Robinson (Hauts de Seine) et exigé de tous leurs joueurs qu’ils restent à l’isolement. Mercredi soir, les dirigeants du Racing 92 ont reçu les résultats des derniers tests (tous négatifs) auxquels ont été soumis les joueurs et, le lendemain, les Ciel et Blanc sont revenus au Plessis-Robinson, où ils ont travaillé normalement deux jours durant. Il est ici à noter que les Racingmen, soucieux de ne prendre le moindre risque avant la finale de coupe d’Europe, ont décidé de privatiser un hôtel de la banlieue parisienne où ils se sont tous regroupés, à partir de jeudi matin: on parle ici d’une cinquantaine de personnes n’ayant pas réagi aux tests nasopharyngés.

Les joueurs retenus pour le match contre Toulouse, eux, quitteront l’hôtel en question samedi soir, dans un bus mis à disposition par la RATP et entièrement désinfecté avant usage. Au coup de sifflet final, les Racingmen retrouveront leurs chambres d’hôtel, où ils resteront à l’isolement jusqu’au vendredi 16 octobre, date à laquelle ils rejoindront Bristol (le lieu de la finale de la Coupe d’Europe) via le petit aéroport militaire de Villacoublay, afin de limiter au maximum les contacts avec le monde extérieur. Il va de soi que ce n’est pas la préparation dont avaient rêvé Laurent Travers et son staff avant le match le plus important de ces quatre dernières années, pour dire le moins. Malgré tout, le Racing 92 a mis toutes les chances de son côté pour que le champion d’Europe 2019-2020 ne soit pas sacré sur tapis vert. Convenez que cela aurait fait désordre...

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?