Teddy Baubigny, cet or de l’ombre

  • Teddy Baubigny avait réalisé une entrée en jeu convaincante face aux Saracens en demi-finale européenne.
    Teddy Baubigny avait réalisé une entrée en jeu convaincante face aux Saracens en demi-finale européenne. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Teddy Baubigny est, dans les Hauts-de-Seine, le remplaçant de luxe de Camille Chat et devrait, face à Toulouse, célébrer sa deuxième titularisation cette saison.

Face à Toulouse, Teddy Baubigny est attendu en première ligne en lieu et place de Camille Chat. Excellent, voire décisif, lors de son entrée en jeu face aux Saracens en demi-finale de Champions Cup (19-15), Baubigny impressionne depuis la reprise et fait se poser mille questions aux observateurs du club. Éric Blanc, champion de France en 1990, fait partie de ceux-là : "Le Racing a bien su gérer la transition générationnelle. Dimitri Szarzewski, Yannick Nyanga ou Chris Masoe ont tous accompagné l’éclosion des jeunes banlieusards qui brillent aujourd’hui. Au bout du bout, ça crée un effectif d’une richesse incroyable, où le cas de Teddy Baubigny, un international en puissance, pose néanmoins question : sachant que le Racing en a pour dix ans avec Camille Chat, Teddy ne doit-il pas partir pour chercher fortune ailleurs ?"

Szarzewski : "Des statistiques impressionnantes"

Dimitri Szarzewski, le maître ès défenses du Racing, nuance aussitôt le propos de l’ancien champion de France : "Je ne suis pas du tout d’accord. Les saisons sont tellement longues que ces deux joueurs peuvent avoir un très large temps de jeu au Racing. Alors, je conçois bien que l’un d’entre eux sera tôt ou tard frustré quand il ne jouera pas les gros matchs mais j’ai moi aussi été en concurrence avec de grands talonneurs (Benjamin Kayser, Mathieu Blin, William Servat, N.D.L.R.), toute ma carrière. Et ça m’a fait grandir."

Szarzewski qui, après une saison passée au chevet des espoirs, a rejoint le staff de Laurent Travers à l’intersaison, connaît sur le bout des doigts Teddy Baubigny et Camille Chat. Il poursuit ainsi : "Ils ont tous deux cette capacité à resserrer les défenses. Quand ils portent le ballon, ils mobilisent deux ou trois adversaires. […] Ben Tameifuna le faisait aussi ; mais il avait un tel gabarit qu’il avait besoin de beaucoup de temps pour se remettre dans le rythme après une action. Teddy et Camille, eux, sont toujours en mouvement ; ils ont des statistiques impressionnantes dans tous les secteurs de jeu."

Si au niveau des lancers en touche, Teddy Baubigny (le filleul de Patrick Serrière, capitaine du Racing dans les années 80 et actuel directeur général du club) fut longtemps considéré comme plus fiable que son rival, Camille Chat a ces derniers mois réalisé d’énormes progrès dans ce secteur, travaillant son approche psychologique du geste aux côtés de Yann Le Meur, un ancien joueur de Bègles, aujourd’hui devenu préparateur mental. Et ailleurs ? Szarzewski conclut : "En mêlée, Camille, qui est plus petit que Teddy, se sert de son gabarit pour passer en dessous de son adversaire : il est très fort à ce jeu-là. Mais à son crédit, Teddy a une force pure impressionnante. Il fait quand même 1,85 m et 110 kg. Avec lui, on a beaucoup bossé sur la souplesse d’épaules, la mobilité thoracique et ça commence à payer." Doux euphémisme…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?