Le MHR entrevoit la lumière

  • Kelian GALLETIER, Vincent Rattez et Cobus Reinach (Montpellier), face à Toulon.
    Kelian GALLETIER, Vincent Rattez et Cobus Reinach (Montpellier), face à Toulon. Icon Sport
Publié le

S’ils enchaînent un troisième revers consécutif, les Montpelliérains ont cette fois fait preuve d’un état d’esprit qui a rendu « fier » Garbajosa. Présents dans le combat, et dans le coup jusqu’au terme de la rencontre, les Héraultais devront désormais confirmer leur meilleure forme face à Agen.

Montpellier enchaîne un troisième revers consécutif, pointe à la 13e place du Top 14 et s’impose comme le mauvais élève du prétendu « big 6  ». Sauf que le MHR moribond de la première journée contre Pau (23-26) et celui humilié sur la pelouse du Racing 92 (41-17) semblaient cette fois avoir fait place à un Montpellier retrouvé. Et si le résultat final, et cette défaite de quatre points pourraient laisser des regrets plus tard dans la saison, les Cistes ont cette fois répondu présents dans le combat. Que ce soit dans l’engagement, ou de par leur état d’esprit, les joueurs de Xavier Garbajosa ont bien plus appris en une défaite à Toulon que lors des deux premières journées. « Dans l’engagement, l’attitude et l’état d’esprit, c’est totalement ce que j’attendais, s’enthousiasmait Xavier Garbajosa au terme de la rencontre. Aujourd’hui je suis très fier de cette équipe, de ces garçons. Certes on ne prend qu’un point, mais avec une attitude comme celle-là, et en continuant de travailler, on gagnera des matchs. » S’ils demeurent englués dans les méandres du classement, les coéquipiers d’Arthur Vincent auront donc trouvé des réponses à leurs questions du côté de Mayol, en tenant tête à un RCT qui enchaînait sa cinquième semaine de compétition consécutive.
 

« Je n’ai pas honte : j’ai éprouvé une réelle fierté »


« Paradoxalement et par rapport à ce qu’on a ressenti depuis le début de saison, c’est le match le plus abouti au niveau de l’état d’esprit. Et c’est important. Pour moi ça signifie beaucoup quant à la suite de la saison, reprenait Garbajosa. Malgré la problématique comptable, je n’ai pas d’inquiétude quant à la qualité de cette équipe. Maintenant il faut que je puisse trouver les bons artifices, les bons ressorts, pour pouvoir tirer la quintessence de ce groupe. Ce soir j’ai vu une belle partie, et je n’ai pas honte : j’ai éprouvé une réelle fierté à voir cette équipe évoluer. J’ai eu de l’émotion jusqu’à la fin, j’y ai cru, j’ai poussé avec eux, malheureusement il nous a manqué un peu de détails. Non pas de la réussite, mais des détails. Et quand on sait sur quoi mettre l’accent, c’est facile de travailler. Si les garçons gardent cet état d’esprit, cette envie de bien faire, d’aller au bout des choses, cette capacité à garder leurs convictions, ce désir d’avancer collectivement avec le ballon, je pense qu’on est sur les bons rails. » Dans le sillage d’un Kélian Galletier omniprésent ce samedi soir à Mayol, d’un Mickaël Capelli leader de combat pour sa première en bleu azur, d’un Cobus Reinach accélérateur de jeu ou d’une paire de centres Thomas Daron-Arthur Vincent inspirée, les Montpelliérains n’ont pas fait de bon au classement, mais ont sans nul doute pris un bol d’oxygène. Et alors qu’ils respirent à nouveau, les joueurs de Xavier Garbajosa tenteront de confirmer leur renaissance lors de la réception du SU Agen le week-end prochain, avant de préparer celle du CA Brive. Deux rencontres pour retrouver le goût du succès qui leur échappe depuis le 15 février (cinq revers consécutifs), confirmer leur meilleure santé et faire le plein de confiance ? Challenge accepté, pour des Cistes déterminés à (enfin) lancer leur saison.

Pierrick ILIC-RUFFINATTI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?