Revoilà La Rochelle !

  • Victor VITO (La Rochelle), face à Bayonne.
    Victor VITO (La Rochelle), face à Bayonne. Icon Sport
Publié le

La Rochelle s’était bien préparée. Son mois d’inactivité n’a pas pesé. Les Maritimes ont impressionné. Ils reviennent sans aucun doute à leur meilleur niveau.

Les Rochelais savent. Ils savent désormais où ils en sont. S’ils avançaient quasiment dans l’inconnu après un mois sans jouer, ils ont été rassurés par leur performance majeure à Bayonne où il est toujours délicat de s’imposer. Et les Maritimes l’ont fait de la plus belle des manières, sans contestation aucune. « On voulait savoir où on en était, livrait Grégory Patat. Le championnat est compliqué cette année. Toutes les équipes sont fortes. Le mot d’ordre était de respecter ces Bayonnais et de conserver le ballon. Il ne fallait surtout pas qu’ils s’excitent. C’est une équipe qui a la capacité à gagner les duels, à agir en contre, on voulait avoir de la maîtrise. Chose qu’on a faite. On a fait un travail de sape, on les a agressés avec le ballon, on a multiplié les temps de jeu. À un moment, ils ont cédé. On a su construire notre victoire. On voulait s’étalonner et on a vraiment fait une grosse performance. »


Si l’entraîneur des avants parlait d’étalonnage, l’adversaire était-il du standing de Toulon ou de Toulouse, ses deux derniers opposants ? Ou faut-il relativiser cette prouesse ? Grégory Patat est catégorique. Il n’y a plus de petite équipe. « Dans cette période de Covid, qui dit que Bayonne n’a pas le standing d’une grosse équipe comme les deux citées ? Franchement, les cartes sont redistribuées cette saison. Bayonne a su gagner à Paris. Le Stade français, quand vous voyez son effectif, est une grosse écurie. On voulait donc savoir ce que cela donnait. Franchement, on a sorti une grosse performance, en attaque comme en défense. La question de rester vingt-sept jours sans jouer, on ne se l’est pas posée. C’est plutôt le match suivant qui interroge. Comment les garçons vont-ils récupérer ? C’est celui-là qui nous fait peur. » Ce sera Castres à domicile.
 

Une performance qui ne sera pas donnée à tout le monde


Sorti d’un match frustrant à Toulouse, leur dernier rendez-vous il y a un mois, La Rochelle a certainement, vu sa prestation à Jean-Dauger, retrouvé les standards de l’an passé. Ceux qui lui permettront de figurer parmi les favoris au titre, du moins de faire partie des six. Même si la saison n’est qu’à ses prémices. « On voulait vite revenir dans ce championnat et montrer qu’on était là, souligne le Gersois. Certes c’est le début. Mais il faut construire. J’espère que le Covid nous laissera travailler dans la continuité. Maintenant, c’est difficile d’en avoir avec les plannings qui changent d’un jour sur l’autre. Je pense qu’on a signé une performance de haute qualité. On a deux réceptions. On pourra parler plus tard de notre niveau. »
La Rochelle a toutefois pris une option. Venir s’imposer à Bayonne ne sera pas donné à toutes les équipes. Grégory Patat y voit une belle opportunité. « Clermont s’est cassé les dents ici, poursuit-il. Nous aussi, l’an passé. Je ne sais pas si on peut parler de joker mais on a fait une belle performance qui comptera certainement pour le futur sur le plan comptable. »
Et puisque les chiffres sont évoqués, La Rochelle a aussi su conserver son bonus offensif. Révélateur d’une belle détermination.

Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?