Toulouse, comme chez lui à l’Arena

  • Toulouse, comme chez lui à l’Arena
    Toulouse, comme chez lui à l’Arena Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Sur les trois derniers matchs à la Paris-La Défense Arena, le Stade toulousain s’étaitimposé face au Racing à deux reprises avant cette 5e journée. Leschampions deFrance en titre ont remis ça samedi.

Sans doute, en raison de la crise économique qui sévit, n’est-ce pas le moment le plus opportun. Il n’empêche, à la place de Didier Lacroix, président du Stade toulousain, on demanderait en urgence un rendez-vous avec les collectivités locales ou des investisseurs privés pour envisager la construction d’un stade couvert dans la Ville rose. Sous le toit de la Paris-LaDéfense Arena, le Stade toulousain connaît un taux de réussite exceptionnel. Avant cette rencontre de la 4e journée du Top 14, les joueurs d’Ugo Mola s’y étaient imposés à deux reprises en quatre rencontres.
En 2017, ils avaient eu l’honneur d’inaugurer le nouveau « joujou » de Jacky Lorenzetti. Courte défaite (23-19) pour ce rendez-vous en guise de découverte. Mais lors de la saison 2018-2019, par deux fois, ils ont fait plonger les Racingmen. D’abord, en Top 14 (29-34). Ensuite, en quart de finale de Champions Cup (21-22). « C’est vrai que nous avons plutôt des bons résultats ici, reconnaît le demi de mêlée Antoine Dupont. Ce sont des conditions de jeu que l’on affectionne : un terrain nickel, où il n’y a pas de vent ni de pluie. Ça nous permet de pratiquer notre rugby plus aisément. »

En février dernier, avec une équipe remaniée, Cheslin Kolbe officiant notamment à l’ouverture, les Toulousains avaient offert un joli spectacle, dans un stade à l’époque encore plein. Las, ils s’étaient inclinés dans les dernières secondes  (30-27). « à chaque fois, ce sont des matchs très ouverts, ajoute Antoine Dupont. Chaque fois, on marque pas mal de points mais nous en prenons aussi. C’est toujours serré. La dernière fois, ça avait tourné contre nous. Là, ce fut l’inverse, tant mieux… »

Moins de flamboyance, plus d’efficacité

Samedi soir, les champions de France en titre n’ont pas toujours déployé le jeu flamboyant qu’ils avaient pris l’habitude d’afficher dans les Hauts-de-Seine. Un jeu parfois teinté, depuis le début de cette saison, d’un manque de réalisme. Cette fois, ils se sont montrés froids et efficaces. Trois essais pour autant d’occasions ou presque. Et un buteur, Thomas Ramos, dans un grand soir avec 100 % de réussite face aux perches (six sur six). « Nous savions que nous n’aurions pas 36 000 occasions contre une équipe très propre, avec une bonne conquête, a confié l’entraîneur de la défense des Rouge et Noir, Laurent Thuéry. Face à une telle équipe, les munitions sont rares. Quand vous les avez, surtout à l’extérieur, il faut les mettre au fond. » Pari relevé.

« Nous avions envie de lancer notre saison à l’extérieur, a ajouté Dupont.Il y avait pas mal de frustration sur nos deux derniers déplacements à Clermont puis à Exeter. Le championnat est très compliqué et sans victoires à l’extérieur, c’est très dur d’exister. C’était donc important de gagner ce soir. » Et comme par hasard, c’est à Nanterre que les Toulousains ont relevé le défi.
 

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?