Béziers veut passer la seconde !

  • Le manager de l’ASBH David Aucagne a ciblé la seconde mi-temps comme un point faible de son équipe qui a tendance à se relâcher.
    Le manager de l’ASBH David Aucagne a ciblé la seconde mi-temps comme un point faible de son équipe qui a tendance à se relâcher. Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le

Les Biterrois progressent sur le contenu mais stagnent sur le plan comptable. La faute à des deuxièmes actes mal maîtrisés.

En quête de constance, l’ASBH devra afficher le même visage d’une mi-temps à l’autre face à Aurillac pour progresser. David Aucagne explique : "Le but est d’être performant sur les quatre-vingts minutes. L’équipe menait à Vannes, à Biarritz, à Mont-de-Marsan et malheureusement, elle a à chaque fois perdu. Nos deuxièmes périodes sont un peu moins bonnes. Il faut donc vraiment qu’à partir de vendredi, à la pause, on soit encore plus exigeant sur l’application et l’implication de tout le monde sur les reprises de mi-temps et par la suite, sur les entrées de nos remplaçants."

Concrétiser pour engranger des points au classement (11e à six longueurs d’Aurillac) et aussi, de la confiance collective, afin de permettre au groupe de franchir un nouveau palier. Le manager poursuit : "Les efforts sont là, on travaille bien la semaine comme en match et les joueurs sont aussi réguliers dans les comportements et leur investissement. Le groupe vit bien. Maintenant, il faut concrétiser tout cela par des victoires (une et trois bonus défensifs jusqu’alors, N.D.L.R.)."

Vingt-quatre fautes à Vannes

Face à Aurillac, les Héraultais connaissent donc la marche à suivre pour décrocher un succès contre l’une des équipes en forme du moment. "Ce sera difficile car nos adversaires réalisent un beau début de saison. La clé sera d’être aussi beaucoup plus discipliné. À tort ou à raison, nous avons beaucoup été pénalisés à Vannes où on a concédé vingt-quatre fautes. Contre douze à nos adversaires. La différence est grande par rapport au match, mais c’est comme ça", ajoute David Aucagne.

L’intéressé incite ses troupes à se focaliser sur les faits qu’ils peuvent contrôler, en mettant l’accent sur la rigueur mentale dans chacune de leurs interventions. Un impératif pour gagner en continuité sur l’ensemble d’une rencontre et éviter également, de se disperser trop facilement : "Nous devons gagner en maîtrise sur nos gestes, sur l’agressivité que nous mettons. Il faut trouver le bon équilibre. Et c’est la même chose sur le plan de la discipline. En fait, nous devons être toujours plus exigeants envers nous-mêmes." Le leitmotiv d’un groupe rajeuni, qui doit désormais pouvoir s’appuyer plus sur ses leaders. Le manager biterrois conclut : "C’est difficile de demander plus de choses à nos jeunes qui sont déjà assez performants. C’est donc à nos leaders de prendre plus de place, de s’imposer, pour tire l’équipe vers le haut."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien LOUIS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?