La Rochelle - Castres : le super souvenir de Plisson

  • Décisif à Bayonne dans le jeu au pied et dans l’animation offensive, Jules Plisson retrouve progressivement son top niveau en Charente-Maritime.
    Décisif à Bayonne dans le jeu au pied et dans l’animation offensive, Jules Plisson retrouve progressivement son top niveau en Charente-Maritime. Icon Sport
Publié le

Une semaine après sa première titularisation, Jules Plisson recroise la route du club contre lequel il a débuté avec brio son aventure rochelaise, il y a presque un an.

Il y a parfois des dates qui vous changent un homme. En plus de marquer une carrière. Celle du 30 novembre 2019 reste et restera gravée au fer rouge dans celle de Jules Plisson. Ce jour-là, face à Castres, tout Deflandre n’a d’yeux que pour lui. Ou presque. La pression est immense. L’émotion, aussi. Mais le capital confiance, proche des abysses. Son baptême du feu sous le maillot rochelais, quinze jours après son transfert surprise du Stade français où il traîne sa misère, se passe finalement comme dans un rêve. Son nom, scandé dans les travées de Deflandre dès l’échauffement, l’est encore plus fort lors de son entrée en jeu, en seconde période. Trente minutes plus tard, Plisson, déjà décisif, quitte la pelouse adulé. Résurrection express, plus que confirmée par la suite.

Mention trois étoiles à Bayonne

"C’était super. J’en garde un très bon souvenir. C’était le début d’un nouveau chapitre pour ma carrière", se remémore, avant de retrouver le CO, l’ouvreur international aux 19 sélections, avec quasiment une année de recul. Depuis, c’est simple, Jules est comme un Plisson dans l’eau, sur les bords de l’Atlantique : "Très content d’être ici, très content de vivre dans cette belle région, très content de venir tous les matins à l’entraînement, très content d’apporter un peu d’expérience à l’équipe, très content d’avoir la chance de jouer dans une équipe comme La Rochelle. Je suis très bien, ici. Vraiment."

Les chiffres parlent pour lui. En Jaune et Noir, l’ancien Parisien est sur les bases de ses performances individuelles de la saison 2016-2017, couronnée d’une Challenge Cup avec le club de la capitale. Soit une moyenne de dix points inscrits par rencontre. Vendredi dernier, contre Bayonne, Jules Plisson a d’ailleurs enquillé seize des trente-six points de son équipe. Malgré dix autres laissés en route au pied, il s’est aussi montré déterminant dans l’animation. Délivrant deux offrandes, converties en essais, à Doumayrou puis Leyds. Pour logiquement s’installer directement dans le XV de la semaine du Midol, au sortir de sa première titularisation de la saison.

Le fol essai de Leyds, supersonique sur soixante mètres ? "Tout le mérite en revient à Jules", insistait le Sud-Africain à l’issue de la victoire bonifiée à Jean-Dauger (19-36). Poussé sur le banc en tout début de saison par un Ihaia West revigoré mais désormais convalescent, Plisson n’a pas tardé à remettre la machine en route. "En pleine forme", comme il le ressent lui-même, le numéro 10 rochelais enfilera pour la treizième fois le maillot du club à la caravelle, à l’heure d’affronter Castres. Pour une nouvelle démonstration ? Après tout, Plisson rime bien avec superstition.

Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?