Les Bleus joueront bien à 21 heures

  • Les Bleus joueront bien à 21 heures
    Les Bleus joueront bien à 21 heures Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Malgré le couvre-feu en vigueur à partir de samedi sur Paris et sa région, les matchs du XV de France programmés à 21 heures au Stade de France devraient pouvoir se tenir. L’Etat va donner une dérogation en ce sens pour l’ensemble du sport professionnel. Mais il n’y aura pas de spectateurs...

Ce mercredi soir, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un couvre-feu de quatre semaines dès ce samedi, entre 21 heures et 6 heures, dans la région Île-de-France ainsi que dans huit métropoles : Lille, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille et Montpellier. Du coup, se pose la question de la tenue des rencontres en soirées, dans ces zones, notamment celles du XV de France programmées au Stade de France et d’éventuels matchs de Top 14 le vendredi ou dimanche soir.

Toutefois, suite à l’allocution du président, les services de l’Elysée faisaient savoir rapidement que "des dérogations seront accordées pour les matchs des sports professionnels devant se dérouler en soirée ou terminant après 21 heures. Toutefois, ces rencontres devront se disputer à huis clos". Une directive que confirmait ce jeudi matin le directeur général adjoint de la FFR, Laurent Gabbanini : "Nous sommes en contact permanent avec les services du ministère des Sports. à ce jour, il n’y a pas de menace sur les matchs du XV de France."

Six matchs, 7 millions d’euros

Si le programme des Bleus, a donné lieu à d’intenses discussions et négociations, il aurait pu être remis en cause par les conditions sanitaires et une application stricte du protocole. En effet, les rencontres face aux Gallois (24 octobre), Irlandais (31 octobre) mais aussi celle face aux Italiens (28 novembre) auraient pu être menacées. Le match face aux Fidji étant prévu à 16 heures, il ne posait pas de souci.

Avec cette garantie, c’est au moins une épine dans le pied en moins pour la FFR, qui avait déjà communiqué à ses partenaires et autres prestataires qu’il ne pourrait pas y avoir d’opérations de relations publiques (les fameuses hospitalités rémunératrices) lors des matchs de cet automne. La Fédération ne devrait sauver que ses recettes de droits télé, estimés à 7 millions d’euros pour l’ensemble des six rencontres.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?