Les bricol’boys toulousains

  • Les bricol’boys toulousains
    Les bricol’boys toulousains Icon Sport
Publié le

Depuis le début de la saison, le staff d’Ugo Mola doit faire preuve d’imagination et miser sur la polyvalence de leurs joueurs.

Ils étaient un peu moins de trente joueurs sur le terrain lors de l’entraînement de mardi, à condition de compter Alban Placines qui effectuait un léger travail de course à l’écart du groupe et aussi Arthur Bonneval qui passait une tête de la salle de soins pour regarder ses coéquipiers. Autant dire que la liste des absents était longue comme le bras d’un frère Arnold, surtout celui de Richie puisque Rory souffre justement d’une fracture du bras. Les Toulousains doivent composer avec un effectif un peu moins profond que les années précédentes, notamment en raison de la crise sanitaire qui a contraint les dirigeants toulousains à se montrer raisonnables. Le staff d’Ugo Mola s’attendait donc à gérer des périodes de flux tendu et c’est bel et bien déjà le cas avec notamment les absences de Maxime Médard, Yoann Huget, Lucas Tauzin, Pierre Fouyssac et donc Arthur Bonneval au niveau de la ligne d’attaque. C’est ainsi que Zack Holmes devrait être heureux de débuter son premier match à son poste d’ouvreur ce samedi à Brive après avoir dépanné en second centre lors du déplacement au Racing 92.

Les Toulousains sont donc obligés de bricoler en permanence une ligne de trois-quarts et peuvent heureusement compter sur la polyvalence de leurs forces vives pour parvenir à maintenir leur niveau de performance avec Cheslin Kolbe qui va de l’arrière à l’aile, Thomas Ramos passant du quinze au dix, Romain Ntamack pouvant se glisser au centre, ou encore Antoine Dupont appelé à finir le match contre Toulon au poste d’ouvreur. Une adaptation permanente qui touche aussi le paquet d’avants depuis le début de la saison, avec notamment l’entrée en jeu de Peato Mauvaka en troisième ligne à Clermont ou le repositionnement de Jerome Kaino en deuxième ligne. Une adaptation qui est la marque de fabrique du jeu prôné par le Stade toulousain où le numéro dans le dos a peu d’importance. En attendant les périodes sans les joueurs internationaux, ça marche !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?