Le cauchemar d'Iribaren, le courage de Chavancy et Le Roux... Les notes du Racing 92

  • Le cauchemar d'Iribaren, le courage de Chavancy et Le Roux
    Le cauchemar d'Iribaren, le courage de Chavancy et Le Roux ©INPHO/James Crombie - ©INPHO/James Crombie
Publié le , mis à jour

Dans une entame de match totalement hors-sujet, le demi de mêlée et capitaine du Racing 92 Teddy Iribaren aura raté tout ce qu'il a tenté. Dès lors, les Racingmen ont couru après le score. Mais leurs efforts ont finalement été vains, la faute à des points trop facilement donnés comme sur la passe interceptée de Finn Russell.

15. Simon Zebo (7 sur 10)

Tranchant sur toutes ses prises de balle et auteur du premier essai, bien décalé sur l'aile pour remettre le Racing dans le match après une entame totalement hors-sujet. Un nouvel essai en début de seconde période, en bout de ligne où il finit seul un deux contre un. Sérieux sous les ballons hauts et très investi offensivement, souvent avec succès, Zebo concéda toutefois quelques absences de placement surprenantes dans le fond du terrain. Malgré tout un très bon match. Remplacé à la 65e par Kurtley Beale, qui mit toute son énergie dans les dernières minutes pour faire basculer le match.

14. Louis Dupichot (5 sur 10)

Si peu de ballons à se mettre sous la dent pour l'ailier francilien, titulaire surprise en lieu et place de Teddy Thomas. Sur le peu qu'il eut à faire, il a été propre. Longtemps, il aurait pu décrocher plus régulièrement de son aile et proposer plus de solutions offensives à son ouvreur. Avant de se montrer enfin plus actif, en fin de match.

13. Virimi Vakatawa (6,5 sur 10)

Régulièrement cherché en début de match et tranchant sur chacune de ses interventions, alors qu'il ne bénéficiait pas toujours d'offrandes de ses coéquipiers. Mais sa qualité naturelle suffisait à se sortir seul de la pression défensive pour trouver de l'avancée. Ensuite très surveillé, il a surtout été utilisé en leurre par ses coéquipiers d'attaque. Un grattage précieux sur une séquence interminable des Anglais, qui permet au Racing de sortir vainqueur du bras de fer (67e). Encore à son avantage sur une percée plein centre qui amena une pénalité et permit à son équipe de recoller au score (28-27). Remplacé par Olivier Klemenczak en fin de match (76e).

12. Henry Chavancy (6,5 sur 10)

Infaillible combattant, il n'eut de cesse de défier le milieu de terrain anglais. Le plus souvent, il a avancé, ce qui n'était pas une moindre affaire face à la meute d'Exeter. Quand le jeu s'est fermé, il a décroché du centre pour aller se mêler à la guerre des rucks. Où il a encore été efficace. Du très bon Chavancy.

11. Juan Imhoff (6 sur 10)

Auteur d'une superbe inspiration pour filer seul à l'essai, sur le premier temps fort réel des Racingmen. Dans l'ensemble, ses interventions ont toutes été tranchantes. L'Argentin a largement participé à maintenir son équipe dans le match et délaissant son aile pour venir se proposer pour des jeux dans le dos. Toujours une menace.

10. Finn Russell (3,5 sur 10)

Premier temps fort construit du Racing et premier trait de classe : une passe lobée qui décale Zebo et envoie l'Irlandais à l'essai. Ensuite, il a beaucoup usé des jeux au pieds offensifs, pour déjouer la très forte pression défensive des Anglais. Dans cet exercice, il a soufflé le chaud et le froid avec des jeux au pieds productifs, par-dessus le premier rideau anglais, mais aussi quelques coups de pieds mal donnés. En seconde période, alors que le Racing semblait bien revenir, il s'est fait intercepter une passe « suicide » sur ses trente mètres par Nowell qui envoyait Slade à l'essai. Une autre passe à haut risque, en suivant, qui aurait pu coûter cher. Mis sous pression par la défense anglaise, il a souvent cafouillé son rugby. En fin de match, quand le Racing poussait proche de la ligne pour arracher la victoire, il ne se place jamais en position de drop.

9. Teddy Iribaren (1,5 sur 10)

Remplacé à la mi-temps, il fut question, un temps, qu'il sorte avant la 20e minute de jeu. C'est dire ses difficultés. Sur les 40 minutes qu'il a finalement passées sur la pelouse, Iribaren a presque tout raté. Une touche non-trouvée sur la première pénalité glanée du match, quatre pénalités contre lui, une passe « suicide » pour Imhoff dans le fond du terrain, une transmission casquette pour un Finn Russell alors sous pression dans son en-but et qui a bien failli coûter un essai à son équipe. Après-midi cauchemar pour celui qui avait débuté la rencontre capitaine. Maxime Machenaud (5,5 sur 10), qui l'a suppléé à la pause, s'est montré beaucoup plus propre, avec quelques belles inspirations dans des côtés fermés à la clé.

8. Antonie Claassen (4,5 sur 10)

Imprécis à la retombée d'un jeu au pied puis battu dans le défi physique sur sa ligne par Sam Simmonds, pour le second essai d'Exeter. Ensuite, Claassen a bataillé fort dans les rucks, comme le reste du paquet d'avants. Il a aussi comblé des espaces en défense mais son impact physique a parfois été insuffisant. Remplacé par Boris Palu en fin de match (76e).

7. Fabien Sanconnie (4,5 sur 10)

Pénalisé pour une double-faute en touche, à 5m de sa ligne (7e). La nouvelle pénaltouche amena le premier essai d'Exeter en force, par Cowan-Dickie. Battu plusieurs fois au ras, dans le défi direct, là où l'essentiel du match s'est joué. S'il a été souvent dans le bon tempo en touche défensive, la balance de son match reste déficitaire.

6. Wenceslas Lauret (4,5 sur 10)

Dans un match où la zone des rucks fut d'une intensité rare, Lauret a donné de sa personne. Sans toutefois trouvé la clé des soutiens anglais.

5. Dominic Bird (6 sur 10)

Deux ballons contestés en touche dès l'entame et une activité essentiellement défensive, pour contrer les groupés-pénétrants des Anglais ou les ralentir autant que possible, au ras. Sa dimension physique a été un sérieux bénéfice pour le Racing, dans la guerre des rucks qui a sévi samedi à Bristol.

4. Bernard Le Roux (6,5 sur 10)

S'il a touché très peu de ballons, son activité en défense fut colossale, autour des rucks où Exeter imposait sans surprise le bras de fer. Il a rarement subi dans ce combat qu'il chérit tant. Irréprochable. Remplacé par Donnacha Ryan (67e).

3. Georges-Henri Colombe (5 sur 10)

Bon grattage (2e) mais rapidement annihilé par sa pénalité concédée sur la première mêlée (3e). Pénalisé une seconde fois, toujours en mêlée, avant de se reprendre. Enfin dans son match dans l'exercice de force, il a été précieux dans le jeu au sol mais aussi en défense. Remplacé à la 50e par Ali Oz qui signa une entrée probante en mêlée fermée.

2. Camille Chat (5,5 sur 10)

Très surveillé, le talonneur des Bleus prenait le ballon en même temps que deux défenseurs. Il s'en est débattu mais annihilé sur la ligne d'avantage, il s'est recentré sur le secteur des rucks. Généreux comme à son habitude mais, là encore, il était très attendu. Et contré. A la poupe d'un groupé-pénétrant, il aplatissait l'essai de l'espoir du Racing 92 (50e) juste avant d'être remplacé par Teddy Baubigny qui égare son premier lancer en touche avant de faire valoir sa force au combat.

1. Eddy Ben Arous (5,5 sur 10)

S'est bien repris après des débuts chahutés en mêlée fermée. Dans le jeu, son activité au sol (où il était moins surveillé que Chat) a soulagé les Racingmen à plusieurs reprises. Remplacé à la 50e par Hassane Kolingar immédiatement à son avantage en mêlée fermée.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Grognard Il y a 5 jours Le 17/10/2020 à 21:08

Je ne comprends pas ces notations. Ce n'est pas parcequ'on perd qu'il faut mettre une bulle a pratiquement tous les joueurs . Le match a été de tres bon niveau , il valait bien un 8 sur 10. Et les 2 equipes etaient au même niveau. La moyenne de l equipe du Racing que vous donnez est 6; alors celle d Exeter est 10 ?