Les vraies raisons du retrait sud-africain

  • Les Sud-Africains n’ont plus joué ensemble depuis leur titre mondial au Japon il y a un an...
    Les Sud-Africains n’ont plus joué ensemble depuis leur titre mondial au Japon il y a un an... Steeve Hag / Icon Sport - Steeve Hag / Icon Sport
Publié le

Et si les Springboks avaient choisi de privilégier leur intérêt personnel ? C’est ce que pensent les autres fédérations sudistes. Certains se font même du souci pour la survie de la Sanzaar.

Vendredi, la fédération sud-africaine (SARU) a annoncé le retrait des Springboks du Rugby Championship 2020, basé entièrement en Australie, coronavirus oblige. Il se déroulera à trois entre All Blacks, Pumas et Wallabies.

La Sanzaar et Rugby Australia auront tout tenté pour s’assurer la participation des champions du monde, y compris de réduire la compétition à seulement une rencontre entre chaque équipe au lieu du programme complet de six matchs. Mais rien n’aura fait plier la Saru qui, même en tentant de se justifier, ne berne personne sur les réelles raisons de ce retrait de dernière minute. La version officielle est que d’envoyer une équipe aurait menacé la santé des joueurs. Pour le corps médical sud-africain, il fallait un minimum de 400 minutes de jeu pour que les joueurs puissent être confrontés au rugby international. Même si 24 des joueurs sélectionnés sont basés en Europe et donc ont eu du temps de jeu, se posait un problème logistique important : acheminer ces joueurs en Australie. C’est pour cette raison que la Sanzaar et Rugby Australia étaient prêts à un compromis sur le nombre de matches à jouer.

Le rugby de l’Hémisphère Sud s’en relevera t-il ?

L’excuse de l’incertitude concernant les déplacements des Springboks d’Afrique du Sud ne tient absolument pas puisque le gouvernement de Pretoria avait levé les restrictions de voyage la semaine précédente. En fait, la seule raison est que les Sud Africains ne veulent pas ternir leur image de champion du monde en se présentant hors de forme. Ils souhaitent recevoir les Lions Britanniques et irlandais en étant au premier rang mondial. Pour ça, ils ont le soutien de sponsors importants qui vont permettre à la Saru de se passer des recettes du Rugby Championship et de continuer à payer ses joueurs. Cet égoïsme met en péril le rugby de l’hémisphère Sud car les diffuseurs vont réduire leurs émoluments, mettant encore un peu plus en difficulté les trois autres partenaires de la Sanzaar. On peut d’ailleurs se poser la question de savoir si la Sanzaar va pouvoir survivre à cette crise. Du côté de Rugby Australia, on voit avec inquiétude la désintégration du bloc sudiste au moment où les Australiens ont posé leur candidature pour l’organisation de la Coupe du monde en 2027. Les relations tendues avec la Nouvelle-Zélande, le retrait progressif de l’Afrique du Sud qui lorgne sur l’Europe et le rugby argentin en total isolement font penser que les voix pourraient se disperser au moment du vote final.

Jacques BROQUET
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?